numéro
L.2064
intitulé de la collection
Puttrich, Ludwig
technique marque estampée, encre
couleur noir
localisation recto, verso
dimension 7 x 7 mm (h x l)
  • 1921
  • 1956
  • depuis 2010
PETERSEN ? († 1880), « Gerichtsrat », Kiel. Estampes et dessins.
 
En 1880 sa collection passa, par legs, au Cabinet des Estampes de la ville de Kiel dont elle forme le noyau, avec celle de Heinzelmann (voir Aquarelle und Handzeichnungen in der Kieler Kupferstichsammlung verz. und neu geordnet von Franz Dose, Porträtmaler, Kiel, 1894). Cependant ces estampes ne portent pas la marque reproduite ci-contre, attribuée à cet amateur par une note ajoutée à la main sur l'exemplaire du Fagan au Cabinet de Berlin. Si ce timbre est vraiment le sien, il peut avoir servi pour un autre ensemble lui ayant appartenu, et qui doit avoir été vendu, soit dans une vente publique (anonyme ?), soit à l'amiable, dans la première moitié du XIXe siècle. Des estampes portant ce cachet se rencontrent assez fréquemment.
 
Cette marque a aussi été attribuée à l'amateur Cornelis Ploos van Amstel (voir L.2034). Elle figure surtout sur de bonnes gravures hollandaises et est quelquefois à cheval sur l'estampe et son ancienne monture.
 

LUDWIG PUTTRICH (Dresde 1783-Leipzig 1856), juriste et historien de l’art, Leipzig. Estampes et dessins.

Cette marque, qui se lit probablement PL, n’appartient ni à Petersen ni à Cornelis Ploos van Amstel, comme proposé par Lugt dans les volumes de 1921 et de 1956, mais au collectionneur Ludwig Puttrich, de Leipzig. C’est en effet ce qu’a découvert le Dr. Dieter Gleisberg lors de ses recherches sur les provenances des œuvres de la collection de Johann Wolfgang von Goethe (L.1087) au Goethe-Nationalmuseum à Weimar (comm. écrites, le 2 février 2001 et le 7 novembre 2010, archives Fondation Custodia).
Goethe achetait souvent des estampes auprès de Carl Gustav Boerner. Les livres de commerce de ce dernier, conservés dans les archives de Boerner à Dusseldorf, ont été étudiés par Gleisberg. Celui-ci a constaté que quelques estampes, portant la marque L.2064, vendues par Boerner à Goethe, avaient été consignées par Puttrich. Les initiales lui correspondant, Gleisberg a pu attribuer le cachet à Puttrich. Parmi les estampes avec cette provenance au Goethe-Nationalmuseum on trouve des œuvres de Cornelis Bega, Rembrandt et Anthonie Waterloo.
Ludwig Puttrich, juriste et historien de l’art, auteur notamment d’un ouvrage sur les monuments du Moyen Âge en Saxe – Denkmale der Baukunst des Mittelalters in Sachsen (Leipzig 1836-1852) – fut, avec C.G. Boerner, l’un des fondateurs de la Gesellschaft Leipziger Kunstfreunde, devenue plus tard la Leipziger Kunstverein. En outre, Puttrich collectionnait, principalement de dessins et d’estampes, ainsi que des livres sur l’art.
Selon Lugt, Friedrich August II a acheté en bloc la collection d’eaux-fortes de ‘D. Püttrich de Leipzig’ (voir L.971 et L.972). La marque PL se rencontrant très souvent avec la marque de Friedrich August II, Lugt s’est sûrement trompé dans la transcription du nom, qui doit être ‘L. Puttrich de Leipzig’. La plupart des estampes portant les deux marques sont des œuvres de l’école hollandaise – par exemple, d’Adriaen van Ostade (Paris, Fondation Custodia, inv. 5748) et de Cornelis Bega (idem, inv. 1432, 1433, 1435, 1436, 1438) –, mais également des estampes flamandes, comme les portraits de l’Iconographie d’Anthony van Dyck (idem, inv. 914). Enfin, les marques ont également été signalées sur une gravure de Domenico II Quaglio (C.G. Boerner, Neue Lagerliste 101, Düsseldorf 1993, n° 22).
La collection d’estampes de Puttrich n’a pas été vendue en totalité à Friedrich August II, car deux estampes allemandes, de Christian Wilhelm Ernst Dietrich et de Ludwig Buchorn, conservées au British Museum, ne portent pas la marque FA II (inv. 1866.0526.221 ; inv. 1877.0609.1600). On rencontre en outre des estampes parmi les dessins et livres vendus dans plusieurs ventes de la collection Puttrich (voir ci-dessous).
La vente de 1848, qui contenait le plus grand nombre de lots, concerne surtout sa bibliothèque et les ouvrages sur les monuments de Moyen Âge. Selon l’introduction du catalogue de vente, Puttrich vendait cette collection parce que son ouvrage sur les monuments du Moyen Âge en Saxe était presque terminé, mais aussi pour des raisons financières. Le 20 août 1856, une autre vente a eu lieu, juste avant son décès, le 2 septembre 1856, puis une autre, en 1857. Ces ventes contenaient surtout des dessins et des estampes – principalement des vues d’architecture – et des livres.
Nous n’avons jamais rencontré cette marque sur des dessins.

VENTES
1848, 15 mai, Leipzig (Boerner, Weigel, Förster). Catalog der dem Dr. L. Puttrich in Leipzig (Herausgeber der „Denkmale der Baukunst des Mittelalters in Sachsen“) gehörenden Kunstbibliothek und Kunstsammlung, besonders reichhaltig an Kupferwerken und Schriften über mittelalterliche Baukunst, […] etc. Avec introduction. Dessins, estampes et livres. (Lugt Rép. 19023).
1856, 20 août, Londres (Sotheby’s). Catalogue of some very interesting picturesque drawings, from the extensive collections illustrative of the architecture, sculpture & painting of the Middle Ages, formed by Dr. Ludwig Puttrich, of Leipzig […] etc. Collection Dr. Ludwig Puttrich (Leipzig) et Francis Moore (Paris). Tableaux, dessins et estampes. (Lugt Rép. 23133).
1857, 26 octobre et jours suivants, Munich (J. Aumüller). Catalog der von dem zu Lepizig verstorbenen herrn Dr. L. Puttrich hinterlassenen vortrefflichen Sammlung…, etc. Avec introduction. Dessins et  estampes. (Lugt Rép. 23781).


Date de mise en ligne : novembre 2012.


Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia