numéro
L.2797
intitulé de la collection
Rupert, Prince Palatin
technique marque estampée
couleur
localisation
dimension 16 x 11 mm (h x l)
  • 1921
RUPERT , Prince Palatin (1619-1682), officier et graveur, Hollande, Allemagne et Londres.
 
Rupert, ou Rupprecht, était le fils de l'infortuné comte palatin Frédéric V, roi de Bohême, et passa la plus grande partie de sa jeunesse en Hollande avec ses parents exilés. « Vaillant et brave jusqu'à la témérité » selon Hamilton, il se distingua d'abord dans la guerre de trente ans, puis au service de son oncle Charles Ir, roi d'Angleterre, comme officier de cavalerie. Après une période aventureuse, passée en grande partie sur mer, il se réfugia en France en 1654. Le retour au pouvoir de son cousin Charles II le ramena en Angleterre où il occupa depuis le poste d'amiral et de gouverneur de Windsor. Il s'adonnait en même temps à ses études de chimie et de mécanique. Les arts et les sciences avaient toujours fait ses délices. Dès avant sa vingtième année (1636-1638), il fit quelques eaux-fortes dans la manière de Callot et des premières œuvres de Rembrandt, et ses relations avec l'inventeur de la gravure en manière noire, Ludwig von Siegen, lui ont fait attribuer longtemps l'invention même de cet art. Il fut d'ailleurs, après Siegen, un des premiers à le pratiquer avec succès. Les gravures qu'il exécuta dans cette technique, environ une douzaine, portent des dates de 1657 à 1659 et comprennent des pièces célèbres comme « Le grand Exécuteur » et son propre portrait. Le secret obtenu de Siegen fut transmis par le prince au graveur Wallerant Vaillant qui, en professionnel, donna ensuite à cet art un développement considérable, de concours avec d'autres artistes qui en avaient entre-temps pénétré les procédés. Le prince Rupert mourut à l'âge de 63 ans en 1682, et c'est à cette occasion que nous le trouvons mentionné comme collectionneur. Une vente publique de sa galerie de tableaux fut organisée, sur l'ordre de ses exécuteurs testamentaires, pour le 9 avril 1683 « at Mr. Hawker's house in the Piazza of Covent Garden (l'ancienne maison de P. Lely) at which place there will be printed catalogues of them delivered gratis » (voir l'annonce dans la London Gazette 5-8 mars 1682 vieux style). Sa collection de bijoux fut estimée à £ 20.000 ; elle devait être réalisée au moyen d'une loterie de l'honnêteté de laquelle le roi dut se porter garant, tant le public, craignant la fraude, avait alors besoin de pareilles recommandations. La Gazette d'octobre 1683 dit : « Prince Rupert's jewels are to be disposed of by lottery, at 5 l. a piece - the biggest prize to be a great pearl necklace, valued at 8000 l. and none less than 100 l. to be drawn in His Majesty's presence ; who is pleased to declare that he himself will see all the prizes put in among the blanks, and that the whole shall be managed with all equity and fairness, nothing being intended but the sale of the jewels at a moderate value ». Le produit servit à couvrir les dettes dans lesquelles le prince avait été entraîné par sa liaison avec l'actrice Mrs. Hughes.
La marque ci-contre a été attribuée au prince comme sa marque de collection pour ses dessins ; elle n'est pas fréquente et les données sur la partie graphique de sa collection font malheureusement défaut.
 

Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia