numéro
L.2862
intitulé de la collection
Damery, chevalier de
technique marque estampée, cachet sec
couleur
localisation recto
dimension 5 x 5 mm (h x l)
  • 1921
  • 1956
Chevalier de DAMERY († vers 1803 ?), officier, Paris. Estampes et dessins.
 
Le chevalier de Damery fut officier aux gardes. Glomy, dans son journal (voir L.1085), l'appelle en 1760 « le chevalier d'Ameri, lieutenant de grenadiers aux gardes françoises ». Plus tard il paraît avoir atteint le grade de lieutenant-colonel. L'Almanach des Artistes de 1777 le cite en ces termes : « M. de Dammery, Chevalier de l'Ordre Royal & Militaire de St.-Louis, rue Copeau, près la Pitié, possède une nombreuse Collection de Tableaux & des Dessins ». A cette époque il avait déjà fait vendre ses estampes. Sa collection était une des meilleures de son époque. Edmond de Goncourt dit de lui, dans sa Maison d'un artiste I p. 96 : « Cet amateur, dont le nom se trouve au bas d'un certain nombre d'estampes, comme le nom du possesseur d'une collection considérable de tableaux et de dessins, fut un homme d'un goût sûr, un choisisseur délicat et raffiné. Je signale sa marque aux amateurs : elle n'est jamais sur un dessin médiocre ». Le graveur J. G. Wille était avec lui dans les meilleurs termes et le nomme à maintes reprises dans son Journal, à partir de 1760, et toujours avec éloge et respect. Wille grava des estampes d'après des tableaux de Netscher, de Ter Borch et de Schalcken, de la collection du chev. de Damery, obligeamment prêtés par celui-ci. D'un passage du même journal, de décembre 1788, il semble que M. de Damery fût alors dans la gêne ; depuis longtemps il devait à Wille une somme de 120 livres, qu'il n'est pas en état de rembourser, et Wille le plaint pour ses malheurs. Une vente anonyme de sa collection de coquilles, minéraux, et autres objets de curiosité naturelle eut lieu le 24 novembre 1778 [corr. suppl. 1956 : 29 novembre et jours suivants 1779], à Paris.
 
VENTES :
I. 1774, 12 juillet et jours suivants, Paris (expert F. C. Joullain). « Collection d'Estampes de choix, provenant du cabinet de M. B.***. » (Damery), 225 nos, différentes écoles et époques. Belle vente, prix très bas. Une note au catalogue dit : « la présente collection est composée de morceaux dont le plus grand nombre est très beau d'épreuves et parfaitement conditionné, étant collé sur papier d'Hollande et entouré d'or et de lignes à l'encre de chine ». Citons. Marc-Antoine, G. de Mantoue, P. Aquila, les Carrache, F. Barroche, Della Bella, Villamena, plusieurs pièces de Martin Schongauer, A. Dürer, J. Binck, V. Solis, Lucas de Leyde, Saenredam, C. Bloemaert, P. Pontius, A. van Ostade et autres maîtres du Nord. Dans l'école française, des pièces d'après le Poussin, Le Sueur, Le Brun, par divers, des Callot, S. Le Clerc, Claude le Lorrain, G. Audran, Boulanger, Poilly, des planches d'après Watteau, Lancret, Pater, F. Boucher ; la suite des 14 Ports de France d'après J. Vernet, etc., des portraits, des pièces historiques et topographiques.
 
II. 1803, 18-19 novembre (26-27 brumaire An XII), Paris (expert F. L. Regnault-Delalande). Vente anonyme ( « Cabinet de feu M*** »). 94 nos dont 28 pour des tableaux et esquisses peintes (de l'école française, et deux de Tiepolo), 27 pour des dessins encadrés, la plupart de l'école française du XVIIIe siècle, 28 pour des dessins de différents maîtres et écoles (italienne, hollandaise, française) vendus en lots décrits très sommairement, 10 pour des estampes encadrées.
 
Chevalier de DAMERY , Paris.
 
Rectifions la date de la vente de coquilles, minéraux etc. mentionnée au volume principal : 29 novembre et jours suivants 1779.
 

Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia