numéro
L.3001
intitulé de la collection
Marck Aegidiuszoon, Johan van der
technique marque écrite, crayon
couleur
localisation montage, verso
dimension
  • 1921
J. van der MARCK Ægzn (1707-1772), bourgmestre de Leyde. Dessins et estampes.
 
Johan van der Marck Ægidiuszoon (c'est-à-dire fils d'Ægide) entra dans la magistrature de Leyde suivant la tradition de la famille. Conseiller et échevin en 1740, bailli en 1748, il fut nommé bourgmestre en 1751. Il remplit cette charge huit fois et était même président-bourgmestre lors de sa mort. Il était aussi intendant ( « rentmeester ») de l'Université et commissaire politique de la communauté wallone. L'intérêt qu'il prit à la peinture et au théâtre, tant comme exécutant que comme Mécène, se manifesta par sa direction de la société artistique « Veniam pro laude », mais plus encore par la superbe collection qu'il réunit. Parmi ses 500 tableaux se trouvaient nombre de chefs-d'œuvre de l'école hollandaise et une intéressante série de portraits de peintres. Pour ses belles réunions de dessins et d'estampes voir ci-dessous. En collectionneur sérieux aimant la documentation, il annotait soigneusement, dès 1738, ses catalogues de ventes et les corrigeait même lorsqu'ils en avaient besoin. Il en réunit une remarquable série qui passa plus tard dans les mains des amateurs A. van der Willigen, l'oncle et le neveu, d'Haarlem (voir préface Naamlijst van Nederl. Kunst-Catalogi par le Dr. A. van der Willigen, 1873). A la mort du dernier, cet ensemble fut acquis pour la Bibliothèque Nationale de Paris. Sa bibliothèque, vendue les 26 et 28 avril 1774, se distinguait aussi par une collection remarquable de pièces de théâtre, 1620 nos, dont le catalogue, bien fait, fut réimprimé la même année avec les prix (produit 2376 fl. 12s.). Van der Marck avait préparé lui-même le catalogue de sa collection de tableaux, et ce manuscrit servit pour le catalogue de la vente. Elle eut lieu à Amsterdam le 25 août 1773 et jours suivants et produisit 84.348 fl. 4s., y compris quelques pastels, aquarelles, sculptures et curiosités.
L'annotation reproduite ci-contre est un spécimen de l'écriture de van der Marck. De tels renseignements, avec indications de provenance, se trouvent fréquemment sur les pièces provenant de sa collection.
 
VENTE : 1773, 29 novembre et jours suivants, Amsterdam (direction H. de Winter et Jan IJver). Dessins et estampes, vente importante de 2309 nos pour les dessins et 2200 nos pour les estampes. Description détaillée, donnant même les dimensions de chaque dessin. L'école hollandaise formait l'attrait principal de la vente ; aussi les dessins furent-ils partagés entre les amateurs hollandais tels que de Vos, Ploos, Nijman, Busserus, Metayer, de Bosch, et les courtiers ou marchands d'Amsterdam, IJver, de Winter et Fouquet. Vu le goût de l'époque, on comprendra que les plus haut prix soient allés aux paysages de Berchem et de A. van de Velde. Du premier, la vente offrait 25 pièces, dont Un passage d'un gué, gravé par J. Visscher 438 fl., Un retour de chasse 251 fl., Paysage montagneux avec vache s'abreuvant, gravé par J. Visscher 200 fl. De A. van de Velde un Paysage avec bétail, plume et bistre, 190 fl. De Wouwermans, le Cheval pissant, tenu par un cavalier 215 fl. Presque tous les bons paysagistes et peintres de marine du XVIIe siècle se retrouvent dans le catalogue, chacun avec plusieurs bons spécimens (pourtant on est frappé de la pénurie d'œuvres de Avercamp, Cuyp et W. van de Velde). La vente comprenait encore quantité de dessins d'un intérêt topographique par Rademaker (Vue de ville d'après van der Heyden et van de Velde 300 fl.), La Fargue, de Beyer, de Haan, Pronk, etc. La collection contenait 39 dessins de Rembrandt, mais tous furent mal payés ; meilleur prix pour la Vue de l'Amstel (actuellement au Cabinet d'Amsterdam) 30 fl. un Christ et les douze apôtres à table fit 16 fl. 5s. et Quatre lions, seulement 8 fl. Contraste avec le premier numéro de la vente, dessin par F. van Mieris, Jeune dame évanouie et sa servante 425 fl., et une feuille de Troost, en couleurs, Corps de Garde, 1745, 330 fl. Comme autres sujets avec figures, un A. van Ostade, Intérieur avec paysans joutant aux cartes, en coul. 396 fl., Bega, un important Intérieur, 112 fl., Metzu, Femme faisant des crêpes 71 fl., Bloemaert, le Siècle d'or (a été gravé) 275 fl., et Corn. Visscher (une vingtaine), la Bohémienne 307 fl. Parmi les portraits de peintres dont la vente offrait une très intéressante et riche série, on retrouve encore de ce maître son propre portrait, à l'âge de 21 ans, tenant un crâne, 50 fl. et le portrait de F. van Mieris, connu par la gravure de C. de Moor 151 fl. Citons encore dans les portraits, plusieurs de Goltzius, et de Slingelandt, Portrait de femme à la fourrure, forme médaillon, 140 fl. Peu des premiers maîtres hollandais et allemands du XVIe siècle : on note une Tête de vieillard par Dürer, 1521, sur papier bleu, 6 fl., le Jugement de Salomon, par Lucas de Leyde, probablement celui que Ploos reproduisit plus tard. 35 fl. 10s., quatre Portraits d'hommes et de femmes, et une Femme agenouillée, du même maître, vendus quelques f1orins, et même son propre portrait à la pierre noire, vendu avec les portraits de A. Moro et M. van Heemskerk 7 fl. 15s. Peu aussi de maîtres flamands, (Recueil P), quelques dessins français (Recueil M) et un nombre plus considérable d'italiens qui ne paraissent pas avoir été de premier ordre ; prix le plus élevé pour un Raphaël, Portrait de femme dite La Madonna del Marquisato 125 fl. - Produit des dessins 26.082 fl. 16s.
Parmi les estampes, vendues immédiatement après les dessins, on remarque d'abord un excellent œuvre de Corn. Visscher, dont on paya la Faiseuse de crêpes, av. l'adresse, 70 fl. 10s. ; la Bohémienne, id., avec le nom de l'artiste 145 fl., Winius 63 fl., Vondel, avec le faune et avant la tête de satyre 165 fl., le même, avec la foi, 70 fl. Puis des burinistes français, des manières noires anglaises parmi lesquelles déjà plusieurs d'après Reynolds, et des séries de J. Smith, Watson, et Houston. Gravures d'après les maîtres italiens, portraits français (le Bossuet, de Drevet, 21 fl.), plusieurs estampes d'après Rubens, Jordaens, van Dijck, et Teniers. Dans les maîtres plus anciens signalons un très bel œuvre de Dürer, sans les bois, décrit en détail et classé suivant le catalogue de Knorr, qui fit 200 fl., et un œuvre important de Lucas de Leyde 70 fl. - De Rembrandt, 20 nos (La Grande descente de croix 38 fl., la Pièce de cent florins 14 fl. 10s., et le Grand Coppenol 20 fl.). L'œuvre de A. van Ostade, de 53 feuilles, 39 fl., Suyderhoef, les Bourgmestres d'Amsterdam 59 fl. 10s., des estampes par et d'après Potter 80 fl., et l'œuvre de du Jardin, en épreuves des premiers états, 100 fl. Dans les maîtres hollandais du XVIIIe, de riches séries de J. Houbraken, Wandelaar, Tanjé, et les 20 planches alors parues de l'ouvrage de Ploos van Amstel, avec 2 doubles, qui obtinrent déjà 100 fl. Beaucoup de portraits de peintres et d'acteurs. Au même catalogue figure la riche série de catalogues de ventes, citée dans notre article, vendue 71 fl.
 

Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia