numéro
L.3652
intitulé de la collection
Henner, Jean-Jacques
technique encre, marque estampée
couleur noir
localisation recto
dimension 2.5 x 26 mm (h x l)
  • depuis 2010
JEAN-JACQUES HENNER (Bernwiller 1829-Paris 1905), peintre, Paris. Sur ses propres œuvres.
 
L'artiste, issu d'une famille paysanne du Haut-Rhin, prend ses premières leçons auprès de Charles Goutzwiller (1819-1900), avant de se rendre à Strasbourg en 1844 dans l'atelier de Gabriel Guérin (1790-1846). Il étudie à partir de 1846 à l'École des Beaux-Arts de Paris dans l'atelier de Michel-Martin Drolling, puis de 1851 à 1855 chez François-Emmanuel Picot. De retour en Alsace en 1856, il peint des portraits et quelques scènes de genre. En 1858, il présente pour la troisième fois le concours du Grand prix de Rome, qu'il réussit, et séjourne de 1859 jusqu'en 1864 en Italie où il réalise des paysages, des études et des portraits. À son retour à Paris, il se consacre à une carrière officielle et expose au Salon de 1865 à 1903, en particulier des portraits de personnalités parisiennes, des peintures religieuses ou idylliques. Son atelier réunit un grand nombre d'élèves ; de 1874 à 1889, il ouvre avec Carolus-Duran un atelier pour femmes. Élu à l'Institut de France en 1889, il est promu grand officier de la Légion d'honneur en 1903.
Vers 1855, Henner aborde la lithographie. Il remplit de nombreux carnets de croquis au fusain plus ou moins estompé.
Mme Jules Henner, nièce par alliance du peintre, a fait don à l'État français en 1923, selon la volonté de son mari, de biens, meubles et immeubles pour constituer un musée consacré à Jean-Jacques Henner. L'ensemble comprend l'ancien atelier du peintre Guillaume Dubufe acquis par elle en 1921 à Paris, près de 2000 œuvres de l'artiste provenant de son atelier, les collections Séraphin Henner (frère de l'artiste) et Wetzel-Henner (sœur de Jules Henner), ainsi que les achats effectués après 1905, mais aussi des archives (dont des correspondances et des photographies Braun des œuvres présentées au Salon). La donation a été acceptée en 1924 et le musée a été inauguré la même année. En 1934, Mme Jules Henner a complété sa donation par 13 œuvres de la collection du peintre. Le musée est devenu musée national en 1943. Aujourd'hui sont inventoriés 520 peintures et plus de mille dessins. En 1905, le Musée du Petit Palais à Paris avait reçu de Jules Henner 28 peintures de l'artiste. Le Musée du Louvre possède 59 dessins donnés par Mme Jules Henner en 1925.
Le cachet d'atelier peut se trouver sur des huiles comme sur des dessins, le plus souvent non signés.
 
Ventes
1987, 4 février, Paris (chez Deurbergue ; expert Ph. Maréchaux), nos 2-117, dessins, nos 118-130, huiles, nos 131-135, huiles d'élèves.
1995, 18 octobre, Paris (chez Coutau Bégarie), nos 1-17 et 19-35, plus de 100 dessins, n° 18, une huile.
 
Bibliographie
Entretiens de Jean-Jacques Henner. Notes prises par E. Durand-Gréville après ses conversations avec Jean-Jacques Henner (1878-1888), Paris 1925.
Mulhouse 1989 : J.-J. Henner, la jeunesse d'un peintre de 1847 à 1864. Du Sundgau à la Villa Médicis, cat. par M. Fuchs et I. de Lannoy, Mulhouse, Musée des Beaux-Arts, 1989.
I. de Lannoy, Musée national Jean-Jacques Henner. Catalogue des peintures, Paris 1990, 2e éd. revue et augmentée, Paris 2003.
Paris 2007 : Jean-Jacques Henner. Face à l'impressionnisme, le dernier des romantiques, cat. par R. Rapetti, Cl. Bessède, I. de Lannoy et D. Marchesseau, Paris, Musée de la Vie Romantique, 2007.
I. de Lannoy, Jean-Jacques Henner. Catalogue raisonné, 2 vol., Paris, 2008 (éd. bilingue français-anglais).
 
 
Date de mise en ligne : août 2010
 

Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia