numéro
L.3924
intitulé de la collection
Chauvel, Théophile
technique marque estampée, encre
couleur noir, violet
localisation recto
dimension 2 x 19 mm (h x l)
1 renvoi  
  • depuis 2010

THÉOPHILE NARCISSE CHAUVEL (Paris 1831-id. 1909), peintre et graveur. Sur ses dessins et gravures.

Théophile Chauvel suit l’enseignement de François-Édouard Picot (1786-1868), puis celui de Jean-Jacques Bellel (1816-1898), et reçoit les conseils d’un troisième paysagiste Théodore Caruelle d’Aligny (1798-1871). Reçu à l’École des Beaux-Arts de Paris en 1854, il remporte cette même année le second Grand Prix du paysage historique. À partir de 1855, il expose au Salon des paysages de la forêt de Fontainebleau tout en s’essayant à la lithographie et à la pointe sèche, s’adonnant également à l’eau-forte à partir de 1861 et jusqu’en 1867. Entre 1862 et 1865, il est d’ailleurs membre de la Société des Aquafortistes et publie chez Cadart vingt planches d’eaux-fortes originales. Il exécute aussi des lithographies d’après les peintures de ses amis, les peintres de l’école de Barbizon, en particulier pour l’édition du Musée universel d’Édouard Lièvre (1868). À partir de 1874, il travaille pour la revue L’Art, dont il deviendra plus tard directeur artistique. Dès 1875, il réalise de grandes planches pour Goupil et Georges Petit qui lui valent deux médailles d’honneur et une médaille d’or. En 1881, il reçoit la médaille d’honneur au Salon décernée pour la première fois à la section Gravure. À partir de 1884, ses grands cuivres sont édités par Arthur Tooth. Il exécute des gravures d’après les artistes anglais et américains. Il est fait officier de la Légion d’honneur en 1896. C’est vers 1898 que Chauvel renoue avec la peinture de paysages (Ile-de-France, Fontainebleau et Normandie). La Bibliothèque nationale de France possède un fonds important d’œuvres gravées de l’artiste.
Chauvel a constitué une collection d’environ 250 photographies de paysages de la forêt de Fontainebleau ou de scènes de la vie rurale, réalisées dans les années 1890 par lui-même ou par divers amateurs contemporains, qui se trouve conservée au Musée d’Orsay à Paris, grâce au don de Marie-Thérèse et André Jammes en 1984.
Nous ignorons la date de création de ce cachet mais le catalogue de l’exposition à la Galerie Pierre Gaubert à Paris en 1976 indique que les œuvres non signées portent le cachet de l’artiste.
Nous avons répertorié sous le L.4768 un autre cachet de l'artiste, qui nous semble plus ancien et qui est probablement celui de sa succession. 

BIBLIOGRAPHIE
H. Beraldi, Les Graveurs du XIXe siècle. Guide de l’amateur d’estampes modernes, vol. IV, Paris 1886, pp. 140-165.
L. Delteil, Théophile Chauvel. Catalogue raisonné de son œuvre gravé et lithographié avec eaux-fortes originales et reproductions, Paris 1900.
Galerie Pierre Gaubert, Théophile Narcisse Chauvel, 1831-1909, peintre et dessinateur, cat. par M.-MAubrun, Paris, 1976.


Date de mise en ligne : juillet 2011 ; date de mise à jour : novembre 2015.


Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia