• depuis 2010

AMBROSE HEAL (Londres 1872-Beaconsfield [Buckinghamshire] 1959), designer et fabricant de meubles, Londres. Cartes d’adresse.

Ambrose Heal a été apprenti ébéniste de 1890 à 1893, avant de rejoindre l’entreprise familiale de meubles, Heal & Son. Vers 1897, l’entreprise commence à produire des meubles d’après ses dessins dans un style d’Arts and Crafts. En 1913, Heal en devient président, jusqu’à sa retraite en 1953. Il a régulièrement exposé à l’Arts and Crafts Exhibition Society à Londres. En 1910, il a été élu membre de l’Art Workers’ Guild et fut l’un des membres fondateurs de la Design and Industries Association en 1914-1915. Il a été décoré en 1933.
Sir Ambrose Heal s’intéressait à l’histoire des ébénistes actifs à Londres à partir de 1660 et a également collectionné des cartes d’adresse d’artisans et de magasins londoniens. Ces cartes gravées, souvent illustrées, comportent des informations de premier ordre sur les métiers et les activités des marchands. La collection, qui compte plus de 10.000 pièces, du XVIIe au XIXe siècle, est particulièrement riche en ce qui concerne le XVIIIe siècle. Heal est l’auteur d’articles et d’ouvrages sur l’orfèvrerie et la calligraphie, mais aussi, grâce à sa collection, sur les cartes d’adresse. En 1925, paraît son livre consacré aux cartes d’adresse du XVIIIe siècle des artisans et marchands de Londres : London tradesmen’s cards of the 18th century, puis en 1927 un article sur les cartes d’adresse des graveurs : ‘The Trade-Cards of Engravers’, The Print Collector’s Quarterly, 14, 1927, 3, pp. 218-250. Enfin, en 1953, il publie son grand ouvrage, London Furniture Makers from the Restoration to the Victorian Era, 1660-1840 (Londres 1953).
Sa collection de cartes d’adresse ainsi que sa documentation sont aujourd’hui conservées au Print Room du British Museum. Heal avait par ailleurs joint à chaque carte du matériel supplémentaire, tel que coupures de journaux, lettres autographes, papiers à en-tête, factures par les magasins ou encore reproductions. Il avait également souvent annoté les montages. L’ensemble est entré au British Museum en tant que legs en 1961, date qui est reprise par la marque apposée par le musée sur une partie des œuvres (voir L.4224). Chaque estampe provenant de la collection Heal porte cette étiquette sur le verso.
Avec la collection de Sarah Sophia Banks (voir L.216), le fonds de Heal, qui couvre une période plus large, forme le noyau du fonds des cartes d’adresse au British Museum. D’abord publiées sur microfiches, les cartes de Heal ont été récemment mises en ligne dans la base de données du British Museum, ce qui représente, en 2012, 10217 pièces.
La bibliothèque de Heal a été vendue en 1964 : Sotheby’s, 20 et 21 juillet 1964, Catalogue of Printed Books comprising The Collection formed by the Late Sir Ambrose Heal, The Property of Anthony S. Heal, Esq. and other properties and The well-known Collection of Miniature Books formed by the late Dr. Percy Edwin Spielmann and now sold by Order of the Executors, 609 nos (de Heal, nos 1-221).

Son portrait a été peint par Edward Irvine Halliday, 1933.

SOURCE EN LIGNE
A. Crawford, ‘Heal, Sir Ambrose (1872-1959)’, Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press 2004, éd. en ligne (http/www.oxforddnb.com/view/article/33786, consultée le 20 septembre 2012).

BIBLIOGRAPHIE
A. Griffiths et R. Williams, The Department of Prints and Drawings in the BritishMuseum. User’s Guide, Londres 1987, pp. 174-175.
M. Wagstaff, ‘Heal, Sir Ambrose’, dans The Grove Dictionary of Art, vol. 14,  New York 1996, p. 277.


Date de mise en ligne : octobre 2012.

numéro
L.4225
intitulé de la collection
Heal, Ambrose
technique marque rapportée
couleur
localisation verso
dimension 43 x 32 mm (h x l)
1 renvoi  
Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia|robe de mariée