numéro
L.4473
intitulé de la collection
Baskin, Leonard
technique marque estampée, encre
couleur brun, rouge
localisation verso
dimension 7 x 6 mm (h x l)
2 renvois  
  • depuis 2010

LEONARD BASKIN (New Brunswick 1922-Leeds, Massachusetts 2000), sculpteur, graveur. Lurley, Devon, et Leeds, Massachusetts. Estampes et dessins.

Leonard Baskin, fils du rabbin orthodoxe, Samuel Baskin, a passé son enfance à Brooklyn. À 13 ans, après avoir assisté à une démonstration de modelage à la glaise dans un grand magasin, il veut être sculpteur. Leonard Baskin a étudié à la New York University’s School of Architecture and Applied Arts, de 1939 à 1941, et à Yale de 1941 à 1943. C'est là qu'il découvre, à travers William Blake, sa nouvelle ambition de devenir artiste, poète et imprimeur. Il quitte Yale pour la US Navy pendant la Seconde Guerre mondiale (1943-1946). En 1946, il épouse Esther Tane (1925-1973) et, en 1950, séjourne une année entière en Europe pour étudier l’art à l’Accademia di Belle Arte de Florence puis à l’Académie de la Grande Chaumière de Paris où lui sont révélés l'art et la manière de travailler à la Renaissance. En 1951, le couple s’installe à Worcester, Massachusetts. Leonard enseigne à l’école du Worcester Art Museum et commence au même moment à publier ses propres gravures sur bois sous le nom de la maison qu’il a créée en 1942 tandis qu'il fréquentait encore Yale : la Gehenna Press (le nom Gehenna vient du Paradise Lost de Milton : « And black Gehenna call’d, the type of Hell »). Même si la réputation de Baskin repose sur ses estampes et ses eaux-fortes, ce sont ses qualités de sculpteur qui, pour lui, prévalent. Parmi ses travaux les plus connus dans ce domaine figure le bas-relief monumental pour le Roosevelt Memorial à Washington DC (1979), mais les bas-reliefs en bronze de ses enfants méritent aussi l'attention.
De 1953 à 1974, Baskin enseigna la sculpture et les techniques de l’estampe au Smith College, Northampton, dans le Massachusetts. En 1967, il divorça de son épouse et se remaria avec Lisa Unger (née en 1943). En 1974, le couple s’installe à Devon en Angleterre pour se rapprocher du poète Ted Hughes, ami et collaborateur de Leonard. Hughes lui envoyait en effet des poèmes qui inspirèrent à l'artiste des gravures sur bois et devinrent elles-mêmes sources d'inspiration pour le poète. Au début des années 1980, les Baskin retournèrent aux États-Unis et s’installèrent à Leeds, Massachusetts. À cette époque, Leonard commença à publier sous le nom d’Eremite Press (1983-1989), mais, en 1989, renoua avec celui de Gehenna Press (voir C. Franklin et. al., The Gehenna Press. The Work of Fifty Years, Dallas 1992). Beaucoup de livres sortis de Gehenna Press sont illustrés de gravures originales de Baskin, bien qu'il n’utilisât pas le nom de cette maison d’édition pour ses estampes indépendantes, éditées, elles, sous son nom à lui ou sous celui des marchands avec lesquels il collabora. Leonard a travaillé jusqu’à sa mort, en 2000.
Son travail reflète les techniques traditionnelles de la sculpture et de la gravure et montre en outre qu'il n’a jamais adhéré à l’abstraction, mais a délibérément choisi la tradition de l’art figuratif, convaincu que l’homme est au centre de l’univers tel que nous le percevons. Il a en outre écrit sur les artistes qui ont compté pour lui dans le livre intitulé Iconologia (1988).
Baskin a commencé à s’intéresser aux estampes anciennes au moment où il découvrait les métiers de sculpteur et de graveur et a partagé son activité de collectionneur avec ses épouses, Esther d’abord, puis Lisa. La marque manuscrite qui insère la première lettre du prénom de chacune d'elles en témoigne. La date qui suit le nom renvoie essentiellement à l’année d’acquisition et, plus rarement, à l’année où l’estampe a été classée ou mise sous passe-partout.
Les intérêts de Baskin montrent son éclectisme, qui va des estampes d’Altdorfer et de petits maîtres, à Hopfer, Goltzius, Callot, Della Bella, Hollar, Bega, Ostade, Ribera, Bloemaert, Carracci, Mellan, Swanevelt, Waterloo, Fragonard, Tiepolo, Blake, Bresdin, Meryon, Kollwitz, Modersohn-Becker, ou bien encore aux gravures d’ornement, au portrait, au livre illustré, à la calligraphie, et aux impressions en couleurs comme les chiaroscuri et les œuvres de Gautier d’Agoty, Teyler et l’Admiral. Sa collection de chiaroscuri, dont 3 bois gravés par Andreani d’après Mantegna, Le Triomphe de César (1599) imprimés sur soie violette rehaussée d’or, est décrite dans le catalogue du libraire Colin Franklin (voir Franklin 1977). Ces rares exemples d’impression sur soie se trouvent depuis lors dans les musées suivants : Cambridge, Mass., Fogg Art Museum, inv. M 22388 (Les Éléphants porteurs de torches) ; Paris, Fondation Custodia, collection Lugt, inv. 1995-P.2 (Les Prisonniers) et Cleveland, Cleveland Museum of Art, inv. 1994.102 (Jules César sur son char de triomphe). On rencontre régulièrement des estampes sur le marché de l’art et dans les musées, avec l’une ou l’autre marque de Baskin. En effet, le collectionneur a régulièrement revendu des estampes de sa collection pour l'enrichir et la diversifier.
Le cachet décrit ici n’appartient pas exclusivement à Baskin car ses deux épouses furent elles-mêmes très impliquées dans la formation des différentes collections.
Le cachet décrit ici en forme d’une grenade est parfois accompagné de la signature de Baskin. Il accompagne plus rarement un autre type d’inscription suivie par une mention de date, E & L Baskin (L.4474) ou L & L Baskin (L.4475). Les dates qui suivent l’inscription que nous avons rencontrée s’échelonnent de 1965 à 1972.
Il existe aussi une variante dessinée de la marque et entourée des initiales de Léonard & Lisa Baskin.

BIBLIOGRAPHIE
Rotterdam 1961 : Leonard Baskin. Sculptuur, tekeningen, grafiek, cat. par P. & T. Selz, Rotterdam, Museum Boymans van Beuningen, 1961.
Baskin. Sculpture, Drawings, Prints, New York 1970.
C. et Ch. Franklin, A Catalogue of Early Colour Printing. From Chiaroscuro to Aquatint, Oxford 1977.
I.B. Jaffe, The Sculpture of Leonard Baskin, New York 1980.
A. Fern & J. O’Sullivan, The Complete Prints of Leonard Baskin, Boston 1984.
Vienne 1984 : Leonard Baskin, cat. de R. Bösel et G. Klimesch, Vienne, Graphische Sammlung Albertina, 1984.
L. Baskin, Iconologia, San Diego-Londres 1988.
San Francisco-Athens 2000-2001 : Leonard Baskin. Monumental Woodcuts 1952-1963, cat. de R.F. Johnson, San Francisco, California Palace of Honor, Athens, Georgia Museum of Art, San Francisco 2000.
H. Baskin, ‘In Memoriam. Leonard Baskin, Northampton, Massachusetts’, The ABAA Newsletter, 11, 2000, 4, pp. 19-20.
A. Griffiths, ‘Leonard Baskin’, Print Quarterly, XVII, 2000, 4, p. 405.


Date de mise en ligne : mars 2014 ; dernière mise à jour : février 2016.


Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia