numéro
L.4595
intitulé de la collection
Regamey, Félix
technique marque estampée, encre
couleur rouge
localisation recto
dimension 9.5 x 25 mm (h x l)
  • depuis 2010

FÉLIX RÉGAMEY (Paris 1844-Juan-les-Pins 1907), peintre, Paris, Londres et Tokyo. Dessins.

Le musée de Grenoble conserve un dessin de Guillaume Urbain Régamey (1837-1875), représentant un Escadron de cuirassiers, acheté par l’État à son frère, Félix Régamey, en 1879, estampillé d’un idéogramme japonais (inv. MG 708). Il s’agit du sceau de Félix Régamey, que l’on retrouve généralement sur ses courriers et qui est parfois apposé sur des dessins. Le musée Guimet à Paris en conserve deux exemples, attribués à Félix Régamey (inv. MG26139.1 et inv. MG26139.2).
Élève de son père Louis-Paul-Guillaume Régamey (1814-1878), Félix est le cadet d’une fratrie d’artistes composée de Guillaume, l’aîné, et de Frédéric, le benjamin (1849-1925).
Peintre d’histoire, de genre et de portraits, Félix est professeur de dessin à l’École des Arts décoratifs et à l’École d’Architecture avant de devenir inspecteur du dessin dans les écoles de Paris à partir de 1881.
Graveur, illustrateur, il est également connu comme caricaturiste de presse (La Vie Parisienne, Le Monde illustré…). Extrêmement engagé pendant la Commune, il fonde en 1870 Le Salut public et La République à Outrance. Contraint à l’exil, il s’installe à Londres, où Verlaine et Rimbaud le visitent en 1872 dans son atelier de Langham Street, et se rend ensuite aux États-Unis.
Au cours de l’Exposition universelle de Philadelphie, en 1876 précisément, il rencontre l’industriel Émile Guimet (1836-1918), grand collectionneur et fondateur du musée parisien qui porte son nom (inauguré en 1889). Guimet propose à Régamey de l’accompagner lors de sa mission au Japon entre août 1876 et mars 1877 : « Tâchez d’être mon compagnon, nous passerons ainsi dix mois qui éclaireront tout le reste de notre vie. » De son séjour, Régamey rapporte de nombreux dessins, aquarelles et peintures qu’il présente à l’Exposition universelle de Paris en 1878. Ces aquarelles serviront notamment à illustrer les deux tomes de Promenades japonaises composés par Guimet en 1878 et 1880 et vaudront aux deux hommes la réputation de promoteurs du japonisme en France. Le musée Guimet conserve un ensemble de 41 de ces dessins, qui ne portent pas tous ce cachet (inv. MA 8105 à 8145; La revue des musées de France. Revue du Louvre, 2005, n°1, p. 110).
Parmi les nombreux ouvrages illustrés par Régamey, on relèvera Okoma, un roman d’après le texte de Takizava-Bakïn et les dessins de Chiguenoï, préfacé par Émile Guimet (Paris 1883), et ceux dont lui-même est l’auteur, comme L’Enseignement du dessin aux États-Unis (Paris 1881), Le Japon pratique (Paris 1891), Verlaine dessinateur (1896) ou Le dessin et son enseignement dans les Écoles de Tokio (Paris 1902).


Date de mise en ligne : novembre 2014 ; dernière mise à jour : avril 2020.


Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia