numéro
L.4600
intitulé de la collection
Menzel, Adolph
technique marque estampée, encre
couleur brun, rouge
localisation montage, recto, verso
dimension 8 x 19 mm (h x l)
2 renvois  
  • depuis 2010

ADOLPH FRIEDRICH ERDMANN VON MENZEL (Breslau [aujourd’hui Wrocław] 1815-Berlin 1905), peintre, dessinateur et illustrateur, Berlin. Sur ses dessins.

Adolph Menzel est l'un des artistes allemands les plus importants de la seconde moitié du XIXe siècle. Très jeune, il montre déjà un talent pour le dessin. Né le 9 décembre 1815 à Breslau, il déménage avec sa famille à Berlin en 1830. Après une courte étape à la Königliche Akademie der Künste, il travaille dans l’atelier lithographique de son père. Sa formation est avant tout celle d’un autodidacte. Ses œuvres graphiques constitueront une source pour tout son travail ultérieur. De ses illustrations consacrées à l’histoire (1839-1842) et à l’œuvre de Frédéric le Grand (1843-1849), naîtra un cycle de neuf tableaux sur la vie du roi de Prusse. Entre 1844 et 1848, à la même époque donc, il peint de petits tableaux à l’huile, des intérieurs et des paysages, dont le style impressionniste ne sera reconnu que peu avant sa mort. Après avoir obtenu une commande officielle, la représentation du couronnement de Guillaume Ier (1861-1865), il peint des sujets contemporains. Son tableau d’une usine de métallurgie à Königshütte (1871-1875) est la première représentation en Allemagne d’un thème industriel. Plusieurs scènes de la vie urbaine lui succèderont. En outre, dessinateur aussi talentueux que prolifique, Menzel a d’autre part exécuté plus d’un millier de dessins au long de sa vie.
Célibataire, il passa toute son existence avec sa sœur Emilie (1823-1907), son mari, le musicien Hermann Krigar (1819-1880), et leurs deux enfants, Margarethe (1860-1945) et Otto (1861-1929) ‒ qu’il adoptera après le décès de son beau-frère. Les enfants porteront d’ailleurs ensuite le nom de Krigar-Menzel.
Un an après le décès de Menzel, survenu le 5 février 1905, la Nationalgalerie de Berlin acquiert une grande partie de la succession d’Emilie, constituée de dessins et de tableaux provenant du fonds d’atelier. Au total, ce sont près de 4 500 dessins qui entrent alors au musée.
Notons que du vivant de l’artiste, entre 1880 et 1902 précisément, 1 712 feuilles ont été acquises par la Nationalgalerie et publiées dans le catalogue de Lionel von Donop, Katalog der Handzeichnungen, Aquarelle und Ölstudien in der Königlichen Nationalgalerie, Berlin 1902.
Depuis 1992, tous les dessins, aquarelles et gouaches, ainsi que la majeure partie des carnets d’esquisses, sont conservés au Kupferstichkabinett de Berlin.µ
Après le décès de leur mère en 1907, Margarethe et Otto hériteront d’une part considérable de la succession, mais des conflits entre la sœur, demeurée célibataire, et le frère, soutenu par sa famille, aboutiront à la décision de Margarethe de donner sa part d’héritage à l’État bavarois en 1908, soit 66 tableaux et un grand nombre de dessins. Le désaccord entre le frère et la sœur se poursuivit et entraîna la mise sous contrôle juridique de Margarethe en 1914, assortie de la désignation d’un tuteur. Entre ce tuteur et les Bayerischen Museen de Munich, c’est alors une bataille juridique qui s’ensuivit et s’éternisa de 1926 à 1945. La restitution du don, au cœur du conflit, n’eut jamais lieu et une partie des tableaux fut, finalement, détruite à Munich pendant la guerre.
Les deux filles d’Otto finiront par obtenir quelques tableaux, tandis que Margarethe Krigar-Menzel mourra, elle, dans la pauvreté (renseignements de Marie Ursula Riemann-Reyher, octobre 2014).
Il existe plusieurs cachets de succession apposés sur les dessins de Menzel.
Le cachet reproduit ci-contre reprend le monogramme de l’artiste, A.M. Il en existe également une variante, accompagnée du complément « Nachlass » (en français, succession) en dessous (L.4601). Il n’est pas exclu que les deux variantes aient été utilisées par la nièce d’Adolph Menzel, Margarethe Krigar-Menzel. Cette hypothèse peut être étayée du fait que tous les travaux sur papier qu’elle a offerts à l’État de Bavière en 1908 (aujourd’hui la Staatliche Graphische Sammlung de Munich) portent un de ces cachets (renseignements de Marie Ursula Riemann-Reyher, juillet 2014).
Mentionnons également que plusieurs dessins donnés par Ingrid Brebeck, née Krigar-Menzel, descendante de l’artiste, au Museum für Kunst und Kulturgeschichte, aujourd’hui St. Annen-Museum de Lübeck (inv. 1958/34 et 1958/35) portent ce cachet.
Il existe enfin une troisième marque, en toutes lettres, qui reprend, elle, la signature, « Ad. Menzel Nachlass » (voir L.4602). Elle a probablement été utilisée par Otto Krigar-Menzel pour une grande partie des œuvres étrangères à la succession en faveur de la Nationalgalerie de Berlin en 1906.

BIBLIOGRAPHIE
M. Jodan et R. Dohme, Das Werk Adolph Menzels. Vom Künstler autorisierte Ausgabe, 3 vol. Munich 1890.
L. von Donop, Katalog der Handzeichnungen, Aquarelle und Ölstudien in der Königlichen Nationalgalerie, Berlin 1902.
Berlin 1905 : Ausstellung von Werken Adolph von Menzels, cat. de H. von Tschudi, Berlin, Königliche National-Galerie, Berlin 1905.
R. Weinhold, Menzelbibliographie, Leipzig 1959.
H. Ebertshäuser (dir.), Adolph von Menzel. Das graphishe Werk, 2 vol., Munich 1976.
Kiel – Brême – Lübeck – Schweinfurt – Augsbourg 1981-1982 : Adolph Menzel. Realist – Historist – Maler des Hofes. Gemälde, Gouachen, Aquarelle, Zeichnungen und Druckgraphik, cat. de J.C. Jensen, Kiel, Kunsthalle zu Kiel der Christian-Albrechts-Universitët, Brême, Bremer Kunsthalle, Lübeck, Museum für Kunst und Kulturgeschichte des Stadt Lübeck, Schweinfurt, Altes Rathaus der Stadt Schweinfurt, Augsbourg, Städtische Kunstsammlungen Augsburg, Schweinfurt 1981.
Hambourg 1982 : Menzel – der Beobachter, cat. de W. Hofmann, G. Hopp, E. Schaar, Hambourg, Hamburger Kunsthalle, Munich 1982.
L. Grisebach et al., Adolph Menzel. Zeichnungen, Druckgraphik und illustrierte Bücher. Ein Bestandskatalog der Nationalgalerie, des Kupferstichkabinetts und der Kunstbibliothek, Staatliche Museen Preußischer Kulturbesitz, Berlin 1984.
J. Braun, Kunstprozesse von Menzel bis Beuys. 13 Fälle aus dem Privatrecht, Munich 1995.
Paris – Washington – Berlin, 1996-1997 : Menzel (1815-1905), « la névrose du vrai », cat. sous la direction de C. Keisch et M.U. Riemann-Reyher, Paris, musée d’Orsay, Washington, National Gallery of Art, Berlin, Alte Nationalgalerie, Paris 1996.
J.C. Jensen, Adolph Menzel. Gemälde, Gouachen, Aquarelle, Zeichnungen aus der Sammlung-Dr.Georg-Schäfer-Stiftung, Schweinfurt, Munich 1998.
Munich 2008 : Adolph Menzel – radikal real, cat. de B. Maaz en collaboration avec le Kupferstichkabinett der Staatliche Museen zu Berlin, Munich, Kunsthalle Hypo-Kulturstiftung, Munich 2008.


Date de mise en ligne : novembre 2014.

 


Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia