numéro
L.4621
intitulé de la collection
Bance, Balthazar
technique marque estampée, cachet sec
couleur
localisation recto
dimension 16 x 19 mm (h x l)
1 renvoi  
  • depuis 2010

BALTHAZAR BANCE (Paris 1804-id. 1862), éditeur et marchand d’estampes, Paris. Sur les estampes et les lithographies de son fonds.

On appelle Balthazar Bance « Bance fils » pour le distinguer de son père Jacques-Louis Bance (1761-1847). Les trois lettres du cachet sec B B F correspondent à Balthazar Bance fils. Celui-ci s’établit à son compte vers 1824. C’est à cette même date qu’il réalise le premier catalogue de son fonds tout en collaborant avec son père et peu de temps avant de compléter son propre fonds éditorial par celui de son oncle Charles Bance (1771-1863). Balthazar s’est marié en 1829 avec Louise-Julie Joyant avec qui il eut quatre enfants. En 1846, il reprend le fonds de son père. Les catalogues de son fonds, qu’il publie régulièrement, nous permettent de suivre ses activités d’éditeur et de marchand de livres et d’estampes entre 1824 et 1862. Ces catalogues, de 4 à 224 pages, décrivent de façon très détaillée plus de 6 000 publications de son fonds et d’assortiments et indiquent les prix, à la fois pour les impressions ordinaires et pour celles en couleurs. Il est intéressant de noter que Bance a également vendu des photographies dès le mois de mars 1853.
La boutique se trouvait au no 53 de la rue Neuve des Petits-Champs, de 1830 environ à 1849, puis au no 214 de la rue Saint-Denis, à l’adresse de son père, et enfin, après 1849, au no 13 de la rue des Petits-Augustins (devenue plus tard rue Bonaparte), en face de l’École des Beaux-Arts.
Bance a manifesté un grand intérêt pour les ouvrages consacrés à l’architecture, la sculpture, la peinture et la mécanique et a édité vers 1854 un prospectus pour le Dictionnaire raisonné de l’architecture française du Xe au XVIe siècle de Viollet-le-Duc.
Après son décès, sa maison d’édition et sa boutique furent acquises par Auguste-Jean Morel († 1870), fondateur de la Librairie centrale d’architecture, reprise ensuite par Morancé.
Ce cachet figure sur deux lithographies, Le Garde champêtre de François Grenier, et Le Roman du jour d’Achille Devéria, faisant partie d’une série de douze dessins intitulée Lithopanétographie, imprimée par Bichebois l’Aîné et publiée par Balthazar Bance, 214 rue St.- Denis à Paris (Paris, musée Carnavalet, inv. G.25044, PC et G.7799, PC), datant de 1832 (Bibliographie de la France, no 8, 19 mai 1832, p. 287, no 329, voir Image of France, 1795-1880, http://artfl-project.uchicago.edu/content/image-france, consulté le 27 novembre 2014). Dans la lettre des deux lithographies, figure aussi l’adresse de Charles Tilt, 86 Fleet Street à Londres, indiquant qu’il s’agit d’une coédition avec Bance.
Comme c’est le cas pour d’autres éditeurs et marchands d’estampes, nous ignorons sur quelles épreuves précisément Bance fils mettait son cachet, mais dans le cas d’une coédition comme celle précédemment citée, sa présence indique que c’est probablement Bance lui-même qui a vendu l’impression.

SOURCE
S. Waterman, Inventory of Publishing Prospectuses From France and Belgium. Part of the Archives of French Publishing Prospectuses Collection in the Rare Book and Special Collections Division of the Library of Congress, s.l. [Washington] 1993 (typescript), no 59.

BIBLIOGRAPHIE
B. Bouvier, ‘Les Bance, marchands d’estampes et libraires à Paris (1793-1862) : portrait de famille’, Nouvelles de l’estampe, no 163, mars 1999, pp. 23-33.
B. Bouvier, L’Édition d’architecture à Paris au XIXe siècle : les maisons Bance et Morel et la presse d’architecture, Genève 2004, s.v. Bance, Balthazar.


Date de mise en ligne : janvier 2015.


Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia