numéro
L.4814
intitulé de la collection
Napoléon Bonaparte
technique marque estampée, encre
couleur noir
localisation recto
dimension 17 x 17 mm (h x l)
  • depuis 2010

NAPOLÉON BONAPARTE (Ajaccio 1769-St. Hélène 1821), empereur, Paris. Sur les épreuves de son portrait de couronnement d’empereur.

Napoléon a commandé à Auguste Gaspard Louis Boucher-Desnoyers son portrait, gravé, en habit de couronnement d’empereur (cérémonie du 28 floréal an XII ou du 8 mai 1804) d’après le tableau du baron François Gérard de 1805. L’estampe est intitulée Napoléon le Grand. Desnoyers a reçu 50 000 francs pour la plaque qui restait en son entière propriété, après avoir tiré 600 ou 1 000 épreuves destinées à l’empereur. Chacune de ces épreuves a été estampillée avec le cachet décrit ici, formé d’un cercle comprenant, à l’intérieur, un aigle couronné tenant un foudre dans ses serres (Apell 1880, no 40 II/III). Desnoyers eut besoin de quatre années pour terminer son travail. Deux épreuves de la gravure achevée furent déposées le 27 novembre 1809 à la Bibliothèque Impériale, sur ordre du ministre au conservateur des dessins du musée Napoléon et à la demande de Desnoyers. Ainsi rencontre-t-on ce cachet sur une épreuve conservée à la Bibliothèque nationale de France (Estampes, recueil des œuvres de Desnoyers), et une impression du cachet, écrasé, sur une épreuve signalée sur le marché de l’art (chez Robert Schreuder, Amsterdam, 2015). La gravure a été exposée au Salon de 1810. On peut également trouver sur des épreuves tirées de la plaque pour son usage personnel, le cachet de Desnoyers lui-même, voir sous L.2789.
Après sa proclamation comme empereur des Français, Napoléon fut confronté au problème des emblèmes de la souveraineté. Au terme de multiples débats, il imposa par le décret du 10 juillet 1804 l’aigle agrippant un foudre et c’est Denon qui, avec Gay et Biennais, mit au point les armes de l’Empire. L’aigle est l’oiseau de Jupiter, emblème de la Rome impériale, associé depuis la plus haute Antiquité aux victoires militaires. Le choix de l’aigle pour le cachet s’explique ainsi, tout comme l’ajout de la couronne fermée qui désigne clairement le couronnement d’empereur.

BIBLIOGRAPHIE
A. Apell, Handbuch für Kupferstichsammler oder Lexicon der vorzüglichsten Kupferstecher des XIX. Jahrhunderts welche in Linienmanier gearbeitet haben sowie Beschreibung ihrer besten und gesuchtesten Blätter, Leipzig 1880, pp. 117-121, s.v. Desnoyers, Louis Augustin Boucher, Baron.
Inventaire du Fonds français après 1800. Bibliothèque Nationale. Département des estampes, par J. Adhémar et J. Lethève, t. 6, Paris 1953, no 19.


Date de mise en ligne : février 2016.


Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia