numéro
L.5010
intitulé de la collection
Arikha, Avigdor
technique marque estampée, encre
couleur bleu
localisation recto, verso
dimension 4 x 4 mm (h x l)
  • depuis 2010

AVIGDOR ARIKHA (Radautz 1929-Paris 2010), peintre, graveur et historien de l’art, Paris et Jérusalem. Dessins, miniatures indiennes, gravures et estampes japonaises.


Avigdor Arikha naît dans une famille juive à Radauti (Radautz), près de Czernowitz, en Bucovine (Roumanie). Il est déporté avec sa famille en 1941 dans un camp de concentration en Ukraine occidentale, où il voit son père mourir. Il est libéré avec sa sœur en 1944 par une délégation de la Croix-Rouge et tous deux sont transférés en Palestine. Entre 1946 et 1949, Arikha fait des études d’art à la Bezalel School of Arts de Jérusalem, dont les enseignants sont des disciples du Bauhaus. Ensuite, après avoir été grièvement blessé pendant la guerre d’Indépendance d’Israël en 1948, il poursuit ses études à l’École des Beaux-Arts de Paris entre 1949-1951. Il s’installe définitivement dans cette 1954 et suit des cours de philosophie à la Sorbonne. À partir de 1953, il expose ses peintures, dessins et gravures, sans oublier quelques réalisations d’arts décoratifs (vitraux, mosaïques et tapisseries), dans différents musées et dans les principales galeries d’Europe et des États-Unis. Après avoir opté pour une approche figurative, il entre en 1957 dans une phase d’abstraction qui durera huit ans, et exécute essentiellement des tableaux. Il renonce à l’abstraction en 1965. Commence alors pour lui une période de travail où il s’interroge sur la nature de l’œuvre d’art et pendant laquelle il cesse de peindre en couleurs ; il dessine à l’encre ou à la pointe d’argent, et grave.
Arikha a illustré plusieurs ouvrages de lithographies ou de gravures originales, en particulier des textes de Samuel Beckett.
En 2004, il donne au British Museum de Londres un ensemble de 71 dessins et 29 gravures qu’il a réalisés pendant ces quarante dernières années (voir S. Coppel, ‘Avigdor Arikha gift’, The British Museum Newsletter. The Friends of Prints and Drawings, 2006, no 13). En 2008 suit un don au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France d’un ensemble de cinquante-cinq épreuves rares, voire uniques, toujours imprimées par lui-même sur des papiers recherchés, qui vient compléter le dépôt de ses œuvres, effectué depuis 1974.
Son travail a bénéficié de plusieurs rétrospectives à New York, à Londres et à Jérusalem. Après son décès, son fonds d’atelier a été exposé à la galerie Marlborough à Londres au printemps de 2011.
Arikha a été commissaire de plusieurs expositions (Two Books, Matisse’s Jazz and the Apocalypse of Saint-Sever, Los Angeles County Museum of Art, Los Angeles 1972 ; L’Enlèvement des Sabines de Nicolas Poussin, musée du Louvre, Paris 1978 ; Ingres, Dessins sur le vif, Cinquante-deux dessins du musée Ingres de Montauban, musée des Beaux-Arts, Dijon 1981). Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages, comme par exemple Peinture et regard. Écrits sur l’art (Paris 1991 ; éd. revue, corrigée et augmentée Paris 2011), qu’il publie tout en continuant de pratiquer la peinture, le dessin et la gravure.
Sa marque, composée de la lettre A en capitales avec, au-dessus, la lettre aleph, est apposée sur environ 40 dessins de sa collection personnelle (Pietro da Cortona, Delacroix, Ingres, Fantin-Latour, Bonnard, Giacometti...), sur des gravures (Dürer, Cornelis Matsys, Barocci, Guido Reni, Urs Graf, Rembrandt, Piranesi, Fantin-Latour, Matisse, Lovis Corinth, Schmidt-Rottluf, Bonnard, etc.) des Écoles italienne, hollandaise, allemande, française et anglaise du XVe au XXsiècle, sur des estampes japonaises et sur des miniatures indiennes.
Ces renseignements sur sa collection sont tirés d’une fiche d’information qu’il avait envoyée à la Fondation Custodia en 1999.

BIBLIOGRAPHIE
F. Woimant, ’Arikha’, Nouvelles de l’Estampe, 1975, no 20, pp. 20-22.

D. Thomson, Arikha, Londres 1994.

M. Ferrando et A. Schwarz, Avigdor Arikha, Bergamo 2001.

S. Coppel et D. Thomson, Avigdor Arikha. From Life – Drawings and Prints, 1965-2005, Londres 2006.

C. Hornus, ‘Arilkha graveur, le jugement de l’œil’, Chroniques de la BnF, no 44, pp. 14-15.
M.-C. Miessner, J. Clair, J.-P. Cuzin, M. Laclotte, H. Prouté, D. Sicard, ‘Hommage à Avigdor Arikha (1929-2010)’, Nouvelles de l’Estampe, 2010, no 232, pp. 33-41.

M. Fumaroli, ‘Avigdor Arikha (1929-2010). Hommage à un immense artiste et ardent ami du Louvre’, Le Journal du Louvre, 2011, no 16, pp. 106-107.


Date de mise en ligne : janvier 2017.


Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia