numéro
L.33
intitulé de la collection
Artaria, August
technique marque estampée, encre
couleur bleu, noir, violet
localisation verso
dimension 2 x 14 mm (h x l)
  • 1921
  • 1956
  • depuis 2010
A. ARTARIA (1807-1893), chef de la maison Artaria & Co., Vienne. Estampes et dessins (collection particulière).
 
August Artaria qui dirigea seul, à partir de 1842, année de la mort de son père, la maison Artaria & Co. (voir L.90 et L.91), réunit une très importante collection particulière, dispersée en trois ventes publiques, dont celle de 1896 fut la plus importante. W. Unger a gravé son portrait.
 
VENTES
I. 1886, 12 janvier, Vienne (direction H. O. Miethke). Tableaux et dessins, (vente combinée avec celle des collections Dr. F. Sterne et Professeur L. M. Politzer). Beaux dessins des écoles néerlandaise (Berchem, Brouwer, van Goyen, Jordaens, Teniers, van de Velde), italienne (B. Bandinelli, Guerchin, Michel-Ange, Mantegna, Raphaël, Tiepolo, del Sarto, Titien, de Vinci), allemande (Amberger, Beham) et française (Boucher, Claude, Lancret, Pater, Watteau), ainsi que quelques dessins et aquarelles modernes.
 
II. 1896, 6-13 mai, Vienne (direction Artaria & Co.) 1190 nos. Estampes de Rembrandt et de Dürer, dessins de Rembrandt et de ses élèves, et d'un petit nombre d'autres maîtres hollandais et d'italiens ; quelques miniatures mêlées aux dessins. Superbe œuvre gravé de Rembrandt, décrit sous 606 nos presque complet, remarquable par sa richesse en états différents, richesse, déjà signalée dans les ouvrages de Rovinski (p. XLV note 2) et de Dutuit (supplément t. II p. XVIII). La Pièce de cent florins en épr. du 2e ét., des coll. Verstolk et Weber, fit 4000 fl. (au Prince Liechtenstein), Les trois Croix, 3e ét, 2060 fl., et le rare portrait de Titus 1070 fl. (ces deux pièces au baron E. de Rothschild), la Femme à la flèche 465 fl., le Phénix 670 fl., Rembrandt dessinant, 5e ét. 660 fl. Les principales enchères pour des paysages furent : 910 fl. pour La Vache s'abreuvant, en 1r ét. sur japon, 840 fl. Pour le Canal, 700 fl. pour les trois Arbres, et 610 fl. pour le Paysage au carrosse. La Vue d'Omval, épr. du 1r ét. de Rovinski (unique), fut retirée à 1000 fl. Dans les portraits : Clement de Jonghe 1r ét. 630 fl., le Vieux Haaring, 2e ét. 1370 fl., Lutma, 2e ét. 1000 fl., Asselijn, épr. de 1r ét. restaurée dans le bas 1090 fl., et le portrait de Sylvius, l'une des 5 épr. connues du 1r ét. (B. 280) 1590 fl. Comme il arrive souvent, les feuilles les plus rares, mais en même temps très douteuses, réalisèrent des prix élevés. Par contre les dessins du maître se vendirent extraordinairement bon marché, comparés aux estampes. Le cabinet de Dresde saisit l'occasion d'acquérir un Saül et David avant le combat contre les Philistins pour 62 fl., Tarquin et Lucrèce 155 fl., l'Enfant pissant 125 fl., et une Jeune fille endormie 190 fl. L'œuvre gravé de Dürer, aussi très complet, était moins remarquable que celui de Rembrandt pour la qualité des épreuves. Les pièces principales firent de 300 à 600 fl. pour les gravures sur cuivre, et les plus belles suites des bois, entre 205 et 290 fl. - Produit 80.737 fl.
 
III. 1904, 16-20 mai, Stuttgart (chez H. G. Gutekunst). Estampes, vente combinée avec la vente Novak et celle des doubles du Cabinet de Dresde.
 
A. ARTARIA, Vienne.
 
Son remarquable œuvre d'eaux-fortes d'Anthonie Waterloo, gardé longtemps par ses fils Carl August (mort en 1919) et Dominik (mort en 1936), passa finalement par achat au docteur Hans Boerner à Leipzig vers 1928. Il n'y a pas eu de vente mais, peu après, E. Trautscholdt de la maison Boerner a vendu une partie au docteur J. C. J. Bierens de Haan à Amsterdam, qui passa avec son legs au musée Boymans à Rotterdam. - Dominik Artaria supposait que notre marque L.2347, longtemps attribuée à un Comte de Saint-Germain, était en réalité une estampille de la maison Artaria & Cie, du début du XIXe siècle et qu'elle signifiait : Societas Artaria & Cie.
 

AUGUST ARTARIA (1807-1893), chef de la maison Artaria & Co., Vienne. Estampes et dessins.

En 1846, une exposition d’estampes fut organisée au sein des locaux de l’association des arts, dans le Volksgarten, à Vienne. Elle répondait à l’idée de contribuer au fonds de pension des artistes par la vente de tickets d’entrée et de catalogues. Le catalogue en question comprenait 564 numéros d’estampes réparties chronologiquement par Écoles (allemande, italienne, flamande-hollandaise et française). La maison Artaria & Co fut chargée de l’organisation de l’exposition à laquelle plusieurs collectionneurs confièrent leurs trésors. Ces collectionneurs sont mentionnés à la fin des notices. Ainsi : 441 estampes furent prêtées par August Artaria sous les lettres A.A. ; 64 estampes, par Joseph Daniel Böhm sous J.D.B. (L.271, L.272 et L.1442) ; 36 par Robert Theer ; 10 par Albert Camesina (L.88) ; 10 également par Huber (L.1267c) ; deux par Sigm. Bermann (L.235, L.236 et L.396), et une enfin par Carl Wiesböck (L.2576).

BIBLIOGRAPHIE
Vienne 1846 : Katalog von Kupferstichen, Holzschnitten und Radirungen von der Mitte des XV. bis Anfang des XVIII. Jahrhunderts, nach Schulen in chronologischer Folge, welche im Kunstvereinslokale im Volksgarten zum Besten des Pensions-Institutes der bildenden Künstler vom 14. bis 30. März 1846 ausgestellt sind. Preis 20 kr. Conv. Münze. Der Katalog nebst den erforderlichen Eintrittskarten ist in der Kunsthandlung Artaria & Comp. am Kohlmarkt Nr. 1151 zu haben. Wien 1846. (Wien, Wienbibliothek im Rathaus, L 86806/14).
Paris 2006 : Rembrandt Eaux-fortes, cat. de S. Renouard de Bussiere, Paris, Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, p. 390 (ill.).
N. Stogdon, A Descriptive Catalogue of the Etchings by Rembrandt in a Private Collection, Switzerland, s.l. 2011, p. 349.
A. Ahrens, Der Pionier. Wie Louis Sachse in Berlin den Kunstmarkt erfand, Cologne, Weimar et Vienne 2017, pp. 537-538, s.v. Artaria & Co.


Date de mise en ligne : mars 2010 ; dernière mise à jour : décembre 2019.

 

 

Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia