• 1956
  • depuis 2010
J. W. BAYLEY († 1869), archéologue, Londres, Italie et Paris. Dessins anciens.
 
John Whitcomb Bayley, admis au « Inner Temple » en 1815, fut « subcommissioner of the Public Records of the Tower Record Office ». Il publia l'ouvrage Histories and Antiquities of the Tower of London, 2 vol., 1821-25 et Calendars of the Proceedings in Chancery in the Reign of Queen Elizabeth, 3 vol., 1827-32. Il demanda de telles sommes pour ce dernier ouvrage qu'une commission fut formée pour enquêter. Comme cet homme excentrique avait l'habitude de s'absenter longtemps, ce qui explique peut-être les demandes en question, sa fonction fut déclarée vacante en 1834. Bayley avait préparé une histoire parlementaire complète de l'Angleterre ; elle ne fut jamais publiée, les manuscrits sont conservés au British Museum. Il fut nommé « Fellow of the Society of Antiquaries » en 1819 et « Fellow of the Royal Society » en 1823. Il passa les dernières décades de sa vie à Cheltenham et en Italie ; mourut à Paris. Pendant son séjour de 16 années en Italie, après 1834 environ, Bayley forma une vaste collection de dessins italiens de toutes écoles. Sa première acquisition fut une partie de la collection du Marquis Niccolini, ensuite il commença d'acheter des feuilles à des descendants d'artistes et de collectionneurs parmi lesquels Buonarotti, les Ducs de Modène et d'Alva, Antaldi, Borghese, Barberini e. a. Une large partie lui vint de la collection Piattoli acquise en 1844 et d'une ancienne famille noble de Milan (1848-49) ; dans le catalogue de vente de 1865 la première collection est marquée P.C. et la dernière M.C. Malheureusement une partie de l'ensemble provenant de Piattoli périt à Florence à cause d'un débordement de l'Arno. A. E. Popham, dans l'appendice B du tome IV des Phillipps Studies, « Sir Thomas Phillipps as a patron of artists and a collector of drawings », Cambridge, 1956, donne des détails intéressants sur la collection (où la quantité l'emportait de beaucoup sur la qualité) et sur la correspondance de Bayley avec Sir Thomas (notre L.924b). Bayley essayait constamment, mais avec fort peu de succès, de lui vendre des tableaux, des dessins et des manuscrits.
Beaucoup de dessins portant la signature de Bayley sont conservés au Musée de Buenos Aires. Cette signature a été rencontrée encore sur une copie d'après Raphaël, accompagnée de l'inscription, de la main de Bayley : Urbino 1848 et de la marque d'Antaldi.
Il est maintenant certain que le paraphe reproduit sous le L.1412 appartient bien à notre collectionneur.
 
VENTE : 1865, 29-30 mai, Londres (chez Sotheby). 171 nos de dessins, 12 nos de tableaux et 13 nos de sculptures et porcelaines. Le n° 76 était un recueil de dessins italiens des XIVe et XVe siècles, le n° 77 des feuilles de Michel-Ange (?) et le n° 78 un lot de 160 dessins italiens.
 
JOHN WHITCOMB BAYLEY (1787-Paris 1869), archéologue, Londres, Italie et Paris. Dessins anciens.
 
John Whitcomb Bayley est né le 29 mai 1787. En 1824, il a épousé Sophia Anne Ward (1793-1854) avec qui il a eu en 1833 un fils, Edward Robert Ward Bayley (voir The Marquis of Ruvigny and Raineval, The Plantagenet Roll of The Blood Royal, vol. I, The Clarence Volume, Londres 1905, p. 282).
Le fonds de dessins provenant de Bayley, conservé au Museo Nacional de Bellas Artes à Buenos Aires, a été acquis en 1907. C'est Eduardo Schiaffino, fondateur et premier directeur du musée, qui a acheté l'ensemble de 596 dessins auprès de l'antiquaire Dario Rossi. Ce dernier, qui comptait les vendre aux enchères, avait déjà fait imprimer à Rome le catalogue de vente. Selon ce catalogue, il y avait surtout des dessins italiens (532). En 1910, quelques années après l'arrivée de la collection à Buenos Aires, Schiaffino a été démis de ses fonctions de directeur, entre autres raisons pour les conditions, qui avaient suscité des critiques, dans lesquelles il avait acquis la collection Bayley ; par ailleurs des doutes subsistaient quant à des attributions reprises d'après le catalogue de vente.
Les attributions de Rossi avaient souvent été basées sur les annotations de Bayley au verso des dessins, accompagnées de ses initiales 'JB' (voir L.1412). Parfois, Bayley notait également des informations biographiques sur l'artiste et les provenances du dessin ou encore d'autres renseignements.
En 1953, 50 dessins de la collection Bayley ont été montrés lors d'une exposition itinérante en Argentine (50 dibujos anitguos de la Colección Bayley). En 1998, Ángel M. Navarro a étudié les dessins dans son catalogue de dessins italiens du musée.
Les dessins provenant de Bayley ont reçu une marque par le Museo Nacional de Bellas Artes (voir L.3346).
Il faut signaler que Bayley possédait aussi quelques estampes, qui portent parfois sa marque.
Les dessins d'après Raphaël, mentionnés par Lugt, portant les marques de Bayley, sont conservés au British Museum de Londres (inv. 1870.0813.902 et inv. 1931.12.12.2).
 
SOURCES
D. Rossi, Catalogue des dessins anciens composant la célèbre collection de feu John Bayley, esq., Rome 1907, 596 dessins (copie au Museo Nacional de Bellas Artes)
 
BIBLIOGRAPHIE
A.M. Navarro, Dibujos italianos (siglos XVI al XVIII) en el Museo Nacional de Bellas Artes, Buenos Aires 1998.
A.M. Navarro, « Italian Drawings in Buenos Aires », Master Drawings, vol. 39, n° 1, 2001, pp. 45-57.
 
 
Date de mise en ligne : mars 2010.
 
numéro
L.223a
intitulé de la collection
Bayley, John Whitcomb
technique marque écrite, encre
couleur
localisation verso
dimension
1 renvoi  
Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia|robe de mariée