numéro
L.228a
intitulé de la collection
Benouville, Jean Achille
technique marque estampée, encre
couleur noir, violet
localisation verso
dimension 28 x 28 mm (h x l)
1 renvoi  
  • 1956
  • depuis 2010
A. BENOUVILLE (1815-1891), peintre paysagiste, Paris. Sur ses propres œuvres.
 
Jean Achille Benouville, frère de Léon Benouville (voir L.228c), né et décédé à Paris, d'abord élève de François Edouard Picot (1786-1868), entra à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris en 1837 ; 2e prix au concours pour Rome (paysage historique) en 1837. Exposa aux Salons à partir de 1834, d'abord avec des paysages des environs de Paris, des vues des forêts de Compiègne et de Fontainebleau, de Franche-Comté, puis, de 1842 à 1845, fit du paysage historique (prix en 1845). S'établit alors en Italie et continua de figurer aux Salons avec des paysages classiques jusque vers 1886. Légion d'Honneur en 1863.
Les marques ont probablement été apposées à la dispersion de son atelier dans la vente ci-dessous.
 
VENTE : 1901, 16 janvier, Paris (expert G. Petit). Atelier. Tableaux et études (151 nos), aquarelles, sépias, dessins (112 nos) « par feu Achille Benouville ». Tableaux et dessins par divers artistes (10 nos dont le portrait de Paganini, mine de plomb par Ingres, Roma 1819, 5600 fr.) et 4 nos d'objets divers. - Produit 18.500 fr.

Le n°, au milieu, est écrit à la main, à l'encre

JEAN ACHILLE BENOUVILLE (Paris 1815-id. 1891), peintre paysagiste, Paris. Sur ses dessins et parfois sur ceux de son frère.

Cette marque, mal reproduite dans le Supplément, mesure précisément 28 mm de diamètre, et l’étoile, qui comporte 8 branches (et non 5), est parfois mal imprimée ou encore trop encrée.
Toujours estampillée au verso des œuvres, elle porte en son centre un numéro à la plume et encre brune. Elle a été apposée à l’occasion de la dispersion de l’atelier de l’artiste le 16 janvier 1901 ou un peu avant, lors d’un probable inventaire. Les numéros manuscrits ne correspondent pas à ceux de la vente, les dessins étant proposés aux numéros 152 à 273.
On la trouve sur les dessins d’Achille Benouville, parfois seule, mais le plus souvent associée avec la marque L.228b qui est, quant à elle, estampillée au recto.
On peut également la trouver apposée au verso des dessins de son frère, Léon Bénouville (1821-1859), où elle est le plus souvent associée avec la marque de ce dernier (L.228c). Des dessins de Léon Benouville figuraient dans la vente d’Achille Benouville (lots 265, 266, 267 et 273).
Il faut également noter que ce qui nous semble être la même marque, mais sans étoile, a été signalée au verso d’un dessin d’Achille Benouville où figure également son autre marque L.228b (Fondation Custodia, Collection Frits Lugt, inv. 2004. T.14) ; on ne sait pas si, dans ce cas, il s’agit vraiment de cette même marque, mais dont l’étoile n’aurait pas été imprimée, ou bien s’il s’agit d’un autre cachet.

BIBLIOGRAPHIE
M.-M. Aubrun, Achille Benouville 1815-1891. Catalogue raisonné de l’œuvre, Nantes 1986.


Date de mise en ligne : février 2012.


Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia