numéro
L.230
intitulé de la collection
Beraldi, Henri
technique marque estampée, encre
couleur noir
localisation verso
dimension 6 x 15.5 mm (h x l)
  • 1921
  • 1956
H. BERALDI (né en 1849), ancien fonctionnaire du Ministère de la Marine, écrivain d'art, vit à Paris. Estampes et dessins.
 
Henri Beraldi, né à Paris, est l'une des personnalités les plus marquantes du monde des amateurs contemporains. En tant que collectionneur, son nom reste d'ailleurs intimement lié à celui de son père, Pierre-Louis Beraldi (Fort-Royal de la Martinique 1821-Paris 1903), qui fut aussi fonctionnaire du Ministère de la Marine, puis sénateur de l'Aude en 1847, et, en 1883, membre du conseil d'administration des chemins de fer de l'état. Le père et le fils ont étroitement collaboré à l'édification de la superbe collection, si remarquable par l'exceptionnelle beauté des épreuves, possédée autrefois par parties par l'un et l'autre, mais passée en entier, au décès de Beraldi père, dans les mains de Henri Beraldi. Ce n'est pas, comme on serait tenté de le croire, le père qui fit partager au fils ses penchants de collectionneur, mais bien le contraire. Le fait nous est assuré par le Bon Roger Portalis, dans son article écrit avec Beraldi fils, sous le titre « Une collection de portraits français » (Revue de l'Art Ancien et Moderne 1903, t. I, p. 161-176 et 261-278) « À cinquante ans, voyant son fils tout jeune entrer dans le collectionnisme et la bibliophilie, se tracer pour programme la construction exclusive d'un œuvre de Moreau le Jeune et jurer d'ailleurs de s'en tenir là ... surtout de se tenir hors de portée du monstre dévorant : la reliure, ... l'idée lui vint de « s'y mettre » aussi, de rechercher, de son côté, comme léger passe-temps, les portraits d'illustration, les « petits portraits » comme on disait, pour les employer à commenter des textes littéraires et historiques ; ce mode d'illustration, cette fabrication de « livres à portraits » faisait rage alors : ... La recherche commença : le doigt dans l'engrenage. Rapidement tout le corps suivit ». Lorsque vinrent des épreuves exceptionnelles, Beraldi père ne put se décider à « les enfouir dans des livres ; il entama les cartons, les petits cartons, Ficquet, Savart, St. Aubin, Gaucher, Grateloup, puis les grands cartons s'inaugurèrent, les grands graveurs, tout ! ». Henri Beraldi, dans la préface de son livre Estampes et Livres 1872-1892 (Paris, 1892), qu'il dédie à son père « en souvenir de nos communes recherches dans les cartons des marchands d'estampes » nous renseigne exactement sur l'esprit de sa collection : « Aujourd'hui notre programme de collection est enfin rempli, programme résolument limité et bien net, constituer une histoire de l'estampe française prise dans trois de ses manifestations : le Portrait, le Sujet de Mœurs, la Vignette ». Les portraits sont au nombre de plus de 12.000, dont environ 10.000 pour l'école française et les artistes travaillant en France, depuis Thomas de Leu et Léonard Gautier, jusqu'à Henriquel Dupont et F. Gaillard, et 2000 pour les graveurs étrangers. On remarque entre autres les œuvres complets ou presque complets de Morin, de Nanteuil, des Edelinck, de Masson, des Drevet, des meilleurs portraitistes du XVIIIe siècle comme E. Ficquet, P. Savart, Grateloup, Cochin, A. de St. Aubin, P. P. Choffart, puis des rares portraits en couleurs de Le Blond, Dagoty, Bonnet, Janinet, des portraits de Louis XV et des princes ; une importante iconographie Voltairienne, une de J. J. Rousseau, une de Marie-Antoinette, une vaste série d'acteurs et actrices du XVIIIe siècle et contemporains, portraits d'après Ingres et de l'école 1830 : Devéria, L. Noël, Gigoux, et plus modernes, jusqu'à ceux de Chahine. Tout cet ensemble, constitué surtout par Beraldi père, est en épreuves irréprochables, pas une n'est lavée, les premiers états sont nombreux. La période représentée dans les pièces de scènes de mœurs s'étend du XVIIIe siècle à l'époque contemporaine. Parmi les estampes du XVIIIe (en noir ou en couleurs, vignettes, etc. au nombre de plus de 800 en 1892) brillent de nombreuses épreuves avant la lettre ou d'états, même pour plusieurs des œuvres les plus célèbres des Boucher, Baudouin, Debucourt, Fragonard, Freudeberg, Greuze, Lavreince, Moreau le Jeune, Watteau, etc. En 1892 la collection Beraldi comportait plus de 1000 gravures originales d'artistes du XIXe siècle, mais ce nombre s'est considérablement accru depuis d'œuvres de jeunes, interprétant « la Vie ». Parmi les modernes citons : Bracquemond, Buhot, Chéret, Charlet, Daumier, Decamps, Delacroix, Doré, Fortuny, Gavarni, Lepère, Lami, Jacquemart, Manet, Legros, Meissonier, Millet, Raffet, Tissot, Whistler, E. Morin, L. Legrand, Steinlen, Lautrec, Chahine, etc., et quelques paysagistes Daubigny, J. Dupré, Rousseau, Bonington, et aussi Meryon, dont les œuvres sortaient du cadre de la collection, mais qui y trouvèrent pourtant accès, en raison de leur haute qualité d'art.
Beraldi possède, aussi des dessins, quelques-uns en portefeuille ou sur ses murs, mais le plus grand nombre cachés dans ses livres. Car il est aussi bibliophile, peut-être même l'est-il avec plus de passion qu'amateur d'estampes. Ses livres à figures du XVIIIe et ses livres illustrés modernes, les uns et les autres en très belles reliures, composent une bibliothèque d'une extraordinaire richesse ; plusieurs de ses volumes les plus précieux lui viennent de la célèbre bibliothèque de Paillet, dont il a rédigé un catalogue anecdotique sous le titre Bibliothèque d'un Bibliophile (1885). Pour plus de détails sur la collection Beraldi voir ses deux ouvrages : Mes Estampes 1872-1884 (Lille, 1884, 2e éd. 1887), et Estampes et Livres (déjà cité).
Comme écrivain d'art Henri Beraldi a une carrière trop bien remplie pour que nous puissions, dans cette notice, signaler toutes les productions : articles, préfaces, etc., dus à sa plume si claire et si spirituelle. Nous nous bornerons à rappeler, en dehors des ouvrages déjà mentionnés plus haut : L'œuvre de Moreau le Jeune (sous le pseudonyme de Henri Draibel, 1874), Charles-Etienne Gaucher (sous le même pseudonyme et en collaboration avec le Bon R. Portalis, 1879), Les Graveurs du XVIIIe Siècle (même collaboration, 1880-1882, 6 vol.), préface du catalogue Vente d'Estampes de l'Ecole Française du XVIIIe Siècle, collection G. M*** 1881 (Vente Mühlbacher, voir L.1180, les Graveurs du XIXe Siècle (1885-1892, 12 vol.), préface du catalogue Vente de la Bibliothèque de Charles Cousin, dit le Toqué (1891, voir L.512), Raffet, peintre national (1892), Propos de Bibliophile, gravure et lithographie (1901).
Notre amateur est membre, à différents titres, d'un grand nombre de sociétés d'art (e. a. la Société des Amis du Louvre, Société des Amis de l'Eau-Forte, Unions Centrale des Arts Décoratifs, Société pour l'Etude de la Gravure Française, etc.), il est l'actuel président de la Société des Amis des Livres, dont il fût l'un des fondateurs, en 1875. À plusieurs reprises, il a collaboré à l'organisation d'expositions e. a. : L'Exposition des Estampes du Siècle, Galerie Georges Petit (1887), les Expositions Centennale et Décennale (section de gravure) à l'Exposition Universelle de 1889, l'Exposition Générale de la Lithographie (à l'Ecole des Beaux-Arts, 1891) dont il rédigea le catalogue. Citons encore son rapport sur l'Exposition de la Reliure Moderne au Musée Galliera mai-juin 1902. Il a édité à ses frais les planches de l'Estampe Française, tirées à petit nombre, dont les sujets sont pris exclusivement dans la vie contemporaine.
Burney a gravé les portraits de Beraldi père et Beraldi fils, en 1886, et Pierre Vidal les a représentés dans la plaquette de Molinier : Un coin de la Bibliothèque Nationale, les habitués du Département des Estampes (Paris, 1892). Autre portrait gravé d'Henri Beraldi, par Bracquemond (1884).
Au cours de la saison 1919-1920, Beraldi s'est séparé, en les faisant passer dans différentes ventes anonymes dirigées par Loys Delteil, d'un certain nombre d'estampes anciennes et modernes, dont quelques-unes très importantes. Citons particulièrement, dans une vente du 16 mars 1920, une superbe épreuve de 3e ét. de l'Abside, de Meryon, avec dédicace à Eug. Bléry, adjugée 61.000 fr. à Knoedler, et du même Meryon : le Stryge, avec les vers. sur papier vert, 10.000 fr., la Galerie Notre-Dame, av. l. l. et les minuscules corbeaux, sur papier vert, 10.000.fr., la Rue des Mauvais Garçons, sur vieux japon, 5100 fr., et St.-Etienne-du-Mont, avant les bras de l'ouvrier à demi effacés, sur papier vert, 7000 fr. Comme pièces du XVIIIe siècle : Les quatre Taunay-Descourtis, 1r tirage 5000 fr., Demarteau, Petites pastorales (605 et 606) 5120 fr., et de Wilkin d'après Reynolds « Master Henry Hoare », en coul., 16.000 fr.
 

H. BERALDI.
 
Au cours de l'article et du présent ouvrage [1921], lire : Beraldi, et non Béraldi
 
H. BERALDI, Paris.
 
Beraldi est mort en 1931. Son nom s'écrit sans accent sur l'e. Dans le compte rendu de la vente I, nous mentionnons quelques-uns des états ou conditions des plus précieuses épreuves. Ainsi il sera possible de s'imaginer la richesse de la collection sans qu'il nous soit besoin, dans notre relation des autres ventes, de continuer à signaler la rareté ou la qualité des pièces.
 
VENTES :
I. 1927, 12-13 décembre, Paris (Galerie G. Petit ; expert M. Rousseau). Estampes du XVIIIe siècle, presque toutes portant la marque (266 nos). Le catalogue présente les pièces par ordre chronologique (pas alphabétique) ; nous le suivons dans notre compte rendu. Watteau, Fêtes Vénitiennes, eau-forte pure, 8600 fr., Embarquement pour Cythère, eau-forte pure, 6200 fr. ; Chardin, La Maîtresse d'école, 1r état 5600 fr., La Mère laborieuse 7100 fr., Le Bénédicité 15.000 fr. ; De Troy, Le Jeu du pied de bœuf, eau-forte pure, 6500 fr. ; G. de Saint-Aubin, Foire de Bezons 11.100 fr., Les Nouvellistes 6900 fr., Salon du Louvre, 1r état 16.200 fr., Le Charlatan, 1r état 6200 fr. ; A. de Saint-Aubin, L'Odorat, eau-forte pure, 5200 fr. ; G. de Saint-Aubin, Le Bal d'Auteuil 15.500 fr. ; Baudouin, Le Carquois épuisé, eau-forte pure, 7500 fr., Le Coucher de la mariée, 3e état 42.000 fr. ; Boucher, Tête de Flore, avec la planche de blanc, 82.000 fr. ; Moreau le jeune, Place de Louis XV, eau-forte pure, 8600 fr., la même pièce 2e état 6200 fr. ; A. de Saint-Aubin, Le Bal paré, état non décrit, 12.000 fr. ; Boucher, Vénus couronnée et Vénus désarmée 9500 fr., La Bouquetière galante 14.500 fr. ; Boucher et Charlier, deux pendants : L'Amour rendant hommage à sa mère et Vénus désarmant l'Amour, avant toute lettre, 41.000 fr. ; Greuze, La Laitière, avant lettre 6600 fr. ; Borel, deux pendants : Les Dons imprudent (sic) et Le Retour à la vertu 27.000 fr. ; Hubert Robert, Palais Médicis, avant le titre, 10.500 fr. ; Moreau le jeune, Serment de Louis XVI, eau-forte pure 10.000 fr. ; Saint-Quentin, L'Aimable paysanne, avant toute lettre, 26.100 fr. ; Greuze, La Philosophie endormie, eau-forte pure, 10.800 fr. ; Fragonard, L'Amour, 1r état 21.000 fr., La Folie 13.700 fr., Les Hazards heureux de l'escarpolette, eau-forte pure, 10.000 fr., L'Armoire, eau-forte pure, 7800 fr., Le Baiser, 1r état 8000 fr. ; Baudouin, Le Bain et Le Lever 23.200 fr., L'Enlèvement nocturne, 2e état 12.500 fr. ; Moreau, Arrivée de la Reine, eau-forte pure, 8500 fr., Le Feu d'artifice, idem, 11.300 fr., Le Festin royal, idem, 8200 fr., La Partie de wisch, idem, 5300 fr. ; Benwell, A St. Gille's Beauty 9600 fr. ; Lavreince, L'Assemblée au salon et L'Assemblée au concert, avant lettre, 19.500 fr., La Consolation de l'absence, idem, 6600 fr. ; Smith, Thoughts on matrimony 12.800 fr. ; Lavreince, Le Petit conseil 8600 fr., La Comparaison 18.000 fr., Jeune femme surprise 11.500 fr. ; Debucourt, Le Menuet de la mariée 12.000 fr. ; Sergent, Les Marchands de marrons 6500 fr. ; Reynolds, Countess Spencer 15.500 fr. ; Hoin, Nina, avant toute lettre 25.000 fr. ; Moreau le jeune, La Plaine des Sablons, eau-forte pure, 6000 fr. ; Debucourt, Le Compliment et Les Bouquets 31.000 fr., Les Bouquets, 1r état 69.000 fr. ; Morland, Delia in town 18.000 fr. ; Lavreince, L'Indiscrétion, avant lettre, 33.000 fr., Qu'en dit l'abbé, idem, 9050 fr. ; Debucourt, La Rose et La Main, 2e état, 120.000 fr. ; Schall, L'Eventail cassé et L'Amour écouté, avant toute lettre, 23.000 fr. ; Debucourt, L'Enfant soldat, 1r état 7300 fr., La Promenade publique 37.000 fr. ; Boilly, La Douce Impression de l'harmonie et le pendant 18.500 fr., On la tire aujourd'hui et La Douce résistance 35.000 fr., L'Amour couronné 23.000 fr. - Produit 1.595.000 fr.
 
II. 1928, 30 novembre - 1 décembre, Paris (même direction). Très beaux portraits gravés du XVIIe au XIXe siècle (329 nos). Même ordre chronologique qu'au catalogue précédent. Jér. Wierix, Henri III 7000 fr., Henriette de Balzac 7500 fr. ; Goltzius, Henri IV 5200 fr. ; Nanteuil, Henri de Turenne 5900 fr., Pompone de Bellièvre 8500 fr., Basile Fouquet 10.050 fr. ; Masson, Guillaume de Brisacier 10.200 fr. ; Nanteuil, Louis XIV 7500 fr. ; Masson, Henri d'Harcourt 6700 fr. ; Drevet, Hyacinthe Rigaud 8050 fr., Le Comte de Toulouse 5100 fr. ; L. Cars, Mlle Camargo 5750 fr. ; J. Daullé, Mlle Lavergne 9550 fr. ; Surugue, L'Instant de la Méditation 5000 fr. ; Anselin, La Belle Jardinière 5600 fr. ; Lalive de Jully, Mme Létine 10.000 fr. ; Bonnet, Marie-Antoinette 7500 fr. ; Beauvarlet, Comtesse Du Barry 6100 fr. ; Gautier-D'Agoty, Mme Du Barry 33.100 fr. ; Janinet, Marie-Antoinette 26.000 fr., Mlle Bertin 70.000 fr., Marie-Antoinette 9000 fr., Mme du T.... 12.000 fr. ; Dickinson, Diana Crosby 24.100 fr. ; Janinet, Les Sentimens de la nation 9500 fr., Frédérique de Prusse 30.000 fr. - Produit 936.410 fr.
 
III. 1929, 31 mai, Paris (même direction). Très belles gravures du XIXe siècle et lithographies (200 nos). Encore ordre chronologique. Géricault, Deux chevaux se battant 12.510 fr. ; Delacroix, Cheval terrassé par un tigre 10.000 fr. ; Gavarni, Bal à la Chaussée d'Antin 3200 fr. ; Daumier, Le Ventre législatif 12.800 fr., Moutards et moutardes légitimes 4100 fr., Enfoncé Lafayette 12.800 fr., Rue Transnonain 19.550 fr. ; Raffet XIII Vendémiaire 1795 2900 fr., Napoléon en Egypte 2950 fr., Retraite du bataillon sacré à Waterloo 2500 fr. ; C. Nanteuil, La Jolie fille de la garde 2005 fr. ; Gavarni, La Cantonade 2550 fr. ; C. Nanteuil, Une Soirée 2000 fr. ; Gavarni, Edmond et Jules de Goncourt 2750 fr. ; G. Doré, Opéra Italien 2650 fr. ; Meryon, Bain-froid Chevrier 4500 fr. ; Tissot, Mavourneen 2100 fr. ; Toulouse-Lautrec, Le Tonneau 10.000 fr. ; Forain, L'Audience 8600 fr. ; Toulouse-Lautrec, Idylle princière 9500 fr. ; Forain, En Soirée 2050 fr. ; Helleu, Devant les Watteau du Louvre 2100 fr. ; Lepère, La Cathédrale d'Amiens 5100 fr., L'Arrivée des légumes à Amiens 3000 fr. - Produit 226.865 fr.
 
IV. 1930, 7-8 avril, Paris (même direction). Très beaux portraits du XVIe au XIXe siècle (360 nos). Ordre chronologique. Morin, Guido Bentivoglio 2520 fr. ; Nanteuil, Mazarin 3150 fr., Pierre Séguier 2300 fr., Jean Loret 3050 fr., J. B. Colbert 3050 fr., Nic. Foucquet 8550 fr. ; G. Valck, Hortence Mancini 2700 fr. ; P. Drevet, J. B. Keller 2200 fr., Nic. Boileau-Despréaux 3800 fr. ; Brea, Comte de Mirabeau 2400 fr. ; Alix, Napoléon Ir 4000 fr. ; Devéria, Mme Huerta 3750 fr., Alfred de Vigny 2350 fr., Alexandre Dumas père 3200 fr. - Produit 240.595 fr.
 
Nous citons ensuite les ventes de la bibliothèque fort importante.
I. 1934, 29 mai - 1 juin, Paris (expert L. Carteret). Avant-propos par l'expert. Première partie : Livres des XVIe et XVIIe siècles (78 nos). Deuxième partie : Livres illustrés du XVIIIe siècle ; dessins originaux de Fragonard (cinquante-sept dessins pour les Contes et Nouvelles de La Fontaine, acquis avant la vente par l'Etat), Moreau le jeune, Cochin, Gravelot, Choffard, Eisen, Marillier, Quéverdo et autres (277 nos). - Produit 4.788.450 fr.
 
II. 1934, 18-21 décembre, Paris (même direction). Troisième partie : Livres et dessins de l'époque romantique (511 nos). Dessins originaux de H. Vernet, Raffet, Lami, Devéria, Johannot e. a. - Produit 1.489.250 fr.
 
III. 1935, 17-18 juin, Paris (même direction). Quatrième partie : Livres illustrés modernes et dessins originaux (209 nos). Dessins originaux de Dagnan-Bouveret, Beaumont, Steinlen, Willette e. a. - Produit 1.273.460 fr.
 
IV. 1935, 28-30 octobre, Paris (même direction). Cinquième partie : Livres des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, romantiques et modernes (424 nos). - Produit 280.000 fr.
 

Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia