numéro
L.281
intitulé de la collection
Bossi, Giuseppe
technique marque estampée, cachet sec
couleur
localisation recto
dimension 3 x 10 mm (h x l)
1 renvoi  
  • 1921
  • depuis 2010
G. BOSSI ? (1777-1815), peintre et littérateur, Milan.
 
Ce cachet est lu tantôt Bossi tantôt Rossi. Si le nom est bien Bossi, on peut penser à Giuseppe Bossi, qui étudia à l'Académie de Brera a Milan sous Appiani et Traballe si, séjourna à Rome où il se lia avec Canova, et qui, de retour à Milan, devint secrétaire de l'Académie des beaux-arts. Nommé ensuite président des Académies de Milan, de Venise et de Bologne, il fut chargé par le vice-roi de faire une copie de la Cène de Léonard de Vinci. Professeur à l'école théorique de peinture. Bossi rendit de grands services à l'art par la fondation d'écoles artistiques, la création de pensions pour les élèves envoyés à Rome, l'accroissement des riches collections artistiques de Milan et de Venise. On lui doit la fondation du musée Brera, Son principal écrit Sul Cenacolo di Lionardo da Vinci (1810), fut traduit en allemand par Goethe. Pour des détails sur sa belle collection de dessins des anciens maîtres italiens, passée à l'Académie de Venise, nous renverrons le lecteur à notre notice consacrée à cet institut (L.188).
 
GIUSEPPE BOSSI  (Busto Arsizio 1777-Milan 1815), peintre, littérateur et collectionneur. Dessins.
 
Cette marque est bien celle de Giuseppe Bossi dont une partie de la collection est entrée à la Gallerie dell'Accademia de Venise en 1818.
Par ailleurs, la commission par le vice-roi d'Italie, Eugène de Beauharnais, d'une copie de la Cène de Léonard destinée à une reproduction en mosaïque fut à l'origine d'une étude approfondie pour reconstituer l'original, publiée en 1810.
Bossi a collectionné tant médailles et antiquités que peintures, sculptures, livres, estampes et dessins. Sa collection de plus de 3.000 dessins fut décrite dans un Sommario à l'occasion de la vente après son décès. Les dessins des artistes anciens et modernes, classés par école, étaient conservés dans 12 grands volumes reliés. Il avait de même réuni les estampes de Dürer dans deux grands volumes. Dans ses Mémoires comme dans sa correspondance, Bossi explique que sa collection de dessins devait servir de base à deux traités, l'un sur les « artefeci milanesi » et l'autre sur les peintres de la Renaissance non cités par Vasari, restés inachevés.
Durant son premier séjour à Rome, Bossi a probablement acquis des dessins de la collection de William Young Ottley (voir L.2662) et de celle de Pierre Humbert de Superville (1770-1849). Beaucoup de dessins italiens, et surtout les feuilles de l'entourage de Léonard, furent achetés à Venanzio de Pagave, secrétaire du gouvernement de Milan pendant le règne de Marie-Thérèse, dont la collection comprenait environs 700 dessins anciens. La transaction est documentée dans les Mémoires de Bossi en l'an 1807 ; nous y apprenons également que l'achat s'est fait auprès des deux fils du collectionneur pour la somme de 6.300 lires. D'autres dessins proviennent des collections d'un certain Durand et du « padre Fontana ». En 1810, par l'entremise des professeurs de l'Académie de Venise Giocondo Albertolli et Giuseppe Mazzola, il réussit à mettre la main sur un Libretto de Raphaël, dont la provenance est donnée comme le peintre Clement Bernini Corci qui l'aurait acheté à « un forestiere, che trafficava di stampe e disegni » à Parme. Dès réception du précieux volume, Bossi se rend compte que plusieurs dessins sont « dalla divina mano di Raffaelo ». Lors de son séjour à Rome et à Naples en 1810, il continue à enrichir sa collection, notamment avec un « stupéfiant » dessin de Michel-Ange. Peu de dessins de la collection de Bossi portent des marques de collection, mais on trouve néanmoins celles de Charles Rogers (L.624), Richardson senior (L.2183), Peter Lely (L.2092), Joshua Reynolds (L.2364) et Padre Resta (L.2992). Après le décès de Bossi, les dessins furent achetés en 1818 par l'abbé vénitien Luigi Celotti (1759-1843) pour le prix de 25.000 lires. Toutefois, dans l'attente du paiement, la collection est restée à Milan. Finalement, en 1822, l'empereur d'Autriche, François Ier, a racheté la collection au prix de 28.000 lires et les dessins purent enfin partir pour enrichir les collections de l'Accademia di Belle Arti de Venise (voir sous L.188).
La marque L.2150 offre un dessin tronqué de la marque décrite ici.
 
VENTES
Catalogo della libreria del fu cavaliere Giuseppe Bossi Avviso ... Avis ... J.P. Giegler, libraire à Milan, ... 20 février 1818, Milan 1817 (reprod. fac-similé, avec une introduction par P. Barocchi, Florence, s.d. [1975]).
Catalogo della Collezione di Stampe formato dal defunto Cav. G. Bossi quale verrà posta all' incanto successivamente alle collezioni di Libri, quadri e disegni della stessa Eredità, Milan 1825. p. 52.
 
BIBLIOGRAPHIE
I.G., 'Memorie inedite di Giuseppe Bossi', Archivio Storico Lombardo, V, 1878, pp. 275-307. G. Nicodemi, 'Giuseppe Bossi : le memorie, una lettera a Luigi Milano', Busto Arsizio, 1925. G. Nicodemi, 'Giuseppe Bossi : un diario, autografi varii, il carteggio con G.G. Trivulzio e due poesie', Archivio Stroico Lombardo, VIII, X, 1960, pp. 3-64.
R.P. Ciardi, Giuseppe Bossi. Scritti sulle arti, 2 vol., Florence 1982.
G. Nepi Sciré (réd.), Gallerie dell'Accademia di Venezia. Storia della collezione dei Disegni, Venise 1982.
G.C. Sciolla, 'Giuseppe Bossi', dans G.C. Sciolla (dir.), Il Disegno. i grandi collezionisti, Cinisello Balsamo (Milan) 1992, pp. 208-216.
C. Nenci, Le memorie di Giuseppe Bossi : diario di un artista nella Milano napoleonica, 1807-1815, Milan 2004.
Parigi, 'Marche di collezione e contrassegni', dans Rome 2006 : L'Artista e il suo atelier. I disegni dell'acquisizione Osio all'Istituto Nazionale per la Grafica, par G. Fusconi et A. Canevari, Istituto Nazionale per la Grafica, Palazzo Fontana di Trevi, Rome 2006, pp. 203-210, n° 5 (ill. marque).
 
 
Date de mise en ligne : mars 2010.
 

Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia