numéro
L.424
intitulé de la collection
A. Cadart & Luquet
technique marque estampée, cachet sec
couleur
localisation recto
dimension 16 x 25 mm (h x l)
  • 1921
  • 1956
  • depuis 2010
CADART et LUQUET (vers 1865), éditeurs d'estampes, Paris.
 
Alfred Cadart et Luquet, 79 rue de Richelieu, furent les éditeurs de la Société des Aqua-Fortiste, Eaux-fortes modernes, Publication d'œuvres originales et inédites, 60 gravures à l'eau-forte par an. Cette importante publication, qui commença à paraître en septembre 1862 (et non en 1863 comme le dit Beraldi, Les Graveurs du XIXe siècle article Cadart t. IV p. 44), comporte 5 années, chacune d'elles allant de septembre à août suivant (1862-1867). Les premières planches furent publiées par Cadart et Chevalier, auxquels succédèrent bientôt Cadart et Luquet. La Société des Aqua-Fortistes offre un très intéressant ensemble d'eaux-fortes originales d'artistes de l'époque, plusieurs sont maintenant fort recherchées, en épreuves avant la lettre (tirage 25 exemplaires, 100 fr. l'année), e. a. celles de Corot, Jongkind, Manet. Cette publication fut continuée en 1868 sous le titre de l'Illustration Nouvelle (1868-1880), éditée d'abord par Cadart et Luce, 58 rue Neuve des Mathurins (jusqu'en 1871, pl. 130), puis par Cadart seul, même adresse et, ensuite 56 Bd Haussmann (de 1872 pl. 131, à 1875 pl. 297), enfin par la veuve Cadart, 56 Bd Haussmann (1875 pl. 298 à décembre 1880 pl. 553 et dernière). La veuve Cadart fit plus tard faillite et la vente de son stock, cuivres et épreuves, eut lieu à Paris, le 31 mars 1882.
Le timbre sec reproduit a été apposé sur les épreuves avec la lettre, il ne figure pas sur les épr. avant la lettre dont certaines furent tirées sur fort vergé de hollande, au filigrane Aqua-Fortistes.
CADART et LUQUET.
 
Très complète étude de l'activité de ces éditeurs dans le catalogue : Bibliothèque Nationale Dt. des Est., Paris, Inventaire du fonds français après 1800 par J. Adhémar, T. IV, p. 5.
ALFRED [ALPHONSE] CADART (1828-1875) et JULES JOSEPH LUQUET (1824-?), éditeurs et marchands d'estampes, Paris.
 
Fils d'un cabaretier, Cadart s'établit comme marchand et éditeur d'estampes à Paris après son mariage en 1859 avec la sœur du graveur et peintre François Chifflart. En 1861 et jusqu'au mois d'avril 1863, il s'associa au photographe Félix Chevalier qui travailla d'après les principaux peintres du Salon, mais organisa aussi des expositions de tableaux dont des paysages de Corot et de Claudius Jacquand de Lyon. En octobre 1863, Cadart s'associa à Jules Luquet, peintre et propriétaire de l'hôtel de la Grande-Bretagne à Paris. La Maison Cadart & Luquet prit alors une nouvelle direction : elle s'intéressa aux études en plein air d'Eugène Boudin et exposa Le Combat du Kearsarge et de l'Alabama de Manet (1864 ; Philadelphia Museum of Art). En 1865, la maison a publié un catalogue de son fonds d'édition (22 pages), où Cadart et Luquet sont mentionnés comme les « gérants de la Société des Aqua-fortistes ». On trouve en effet dans ce catalogue une publicité pour cette Société et une liste des estampes disponibles (nos 1-180). Il existe aussi un catalogue, non daté, imprimé sur une feuille volante. L'année suivante, un nouveau catalogue de 15 pages, décrivant les mêmes estampes qu'en 1865, est relié à la suite de l'Almanach de la Société des Aqua-fortistes. Au-dessus de l'entrée de la galerie figurait l'inscription « Direction générale de la Société des Aqua-Fortistes, Maison Cadart et Luquet » (eau-forte par Martial, voir Bailly-Herzberg 1985, ill. p. 216). Un voyage d'affaires aux États-Unis n'ayant pas eu le succès escompté, l'assocation sera dissoute en 1867, ce qui signifia aussi la fin de la Société des Aqua-fortistes. En 1868 Luquet décida de vendre aux enchères sa collection de tableaux, aquarelles et dessins modernes et il reprend ses activités d'hôtelier (vente 1868, 30-31 mars, Paris (c.-pr. Boussaton, exp. Durand-Ruel), 153 lots [Lugt Rép. 30380]).
Cadart continua seul l'édition d'estampes. En 1873, il a publié un catalogue de son fonds (32 pages) et à nouveau en 1874 (58 pages) ; les estampes des membres de la Société n'y sont plus classées à part, mais figurent sous le nom de leur auteur. 240 planches furent éditées et, de 1874 à 1881, parurent 30 planches par an. Cadart publia aussi plusieurs albums réunissant un choix de planches. Après son décès, sa veuve Célonie-Sophie et son fils Léon (1856-1885) continuèrent la maison d'édition, ce dont témoignent deux catalogues du fonds, le premier en 1876 (73 pages) et le second en 1878 (111 pages), mais, les activités déclinant, la maison fit faillite en janvier 1882.
Le cachet figure sur une eau-forte par Ch. Chaplin d’après un peintre non identifié, Fragment de la décoration sur glaces dans la salle de bain de S.M. l’Impératrice au Palais de l’Elysée  (Amsterdam, Rijksmuseum, Rijksprentenkabinet, inv. RP-P-1940-59), publiée par Cadart et Luquet à Paris en 1865 (La Bibliographie de la France (1811-1881), n° 466 ; voir Image of France, 1795-1880, 
 http://artfl-project.uchicago.edu/content/image-france, n° 81086, consulté le 27 novembre 2012).
Comme pour d’autres éditeurs, nous ignorons sur quelles épreuves la maison de Cadart & Luquet apposait son cachet.

Portrait d’Alfred Cadart, eau-forte par Théodule Ribot (Nonne 2010, fig. 1) et le Portrait de Jules Luquet, peint par Théodule Ribot, est conservé au Fitzwilliam Museum de Cambridge (inv. PD 1-1964 ; Nonne 2010, fig. 2).
 
BIBLIOGRAPHIE
J. Bailly-Herzberg, L'Eau-forte de peintre au XIXe siècle : la Société des Aquafortistes (1862-67), 2 vol., Paris 1972.
J. Bailly-Herzberg, Dictionnaire de l'estampe en France (1830-1950), Paris 1985, pp. 215-216 (A. Martial-Potemont), et s.v. Alfred Cadart éd. et Luquet éd.
L. Whiteley, 'Alfred [Alphonse] Cadart', dans The Grove Dictionary of Art. vol. 5, New York 2000, pp. 363-364.
M. Melot, 'Les Sociétés des graveurs avant 1900', Nouvelles de l'estampe, décembre 2005-février 2006, nos 203-204, pp. 7-22, spéc. pp. 12-15, n° 4 (Société des Aquafortistes).
M. Nonne, 'Alfred Cadart (1828-1875), marchand de tableaux modernes', Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français (année 2009), 2010, pp. 363-373. 
 

Date de mise en ligne : août 2010 ; dernière mise à jour : juillet 2013.

Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia