numéro
L.664
intitulé de la collection
Musée des Beaux-Arts de Nantes, legs J. E. Delaunay
technique marque estampée, encre
couleur rouge
localisation
dimension 24.5 x 24.5 mm (h x l)
2 renvois  
  • 1921
  • depuis 2010
ÉLIE DELAUNAY (1828-1891), peintre, Nantes et Paris. Sur ses propres dessins au Musée de Nantes.
 
Jules-Élie Delaunay, né à Nantes, fut un peintre très apprécié de sujets bibliques, d'histoire, et de portraits. Exécuta aussi d'importantes décorations. Il légua à la ville de Nantes ses plus beaux dessins et ses deux meilleurs portraits, l'acteur Régnier et le général Mellinet. La collection de dessins que le musée possède de l'artiste, dessins sur lesquels figure le premier cachet ci-contre [L.664], est d'une grande importance et la plus étendue sans doute qui existe. Elle se compose de 145 dessins, croquis, ébauches et calques (envoi de l'Etat 1897), d'environ 2500 croquis, calques, études de jeunesse, notes de voyages, etc. (don des héritiers Delaunay 1897) et du legs du peintre reçu en 1893, dont 134 dessins sont exposés. L'atelier du maître fut vendu à Paris les 14-16 décembre 1891, catalogue avec notice biographique et critique par G. Lafenestre.
Le second cachet [L.665] servit pour la vente après décès.
JULES-ÉLIE DELAUNAY (Nantes 1828-Paris 1891), peintre. Sur ses propres dessins.
 
Jules-Élie Delaunay fait son apprentissage en 1845-1846 dans l'atelier de Joachim Sotta (1810-1877), puis rentre à l'École des Beaux-Arts de Paris en 1848. Dès 1850, il expose au Salon de Nantes et à partir de 1853 au Salon à Paris (médaille de 3e classe en 1859, 2e classe en 1863, 1re classe en 1865 et en 1878, grand prix hors concours en 1889). Deuxième grand prix de Rome en 1856, il y réside de 1857 à 1861. Il fait un long séjour à Londres en 1862. Delaunay reçoit la croix de la Légion d'honneur en 1878, est élu à l'Académie des Beaux-Arts en 1879, devient chef d'atelier à l'École des Beaux-Arts en 1889 et membre du conseil supérieur des Beaux-Arts en 1891.
Si le Musée des Beaux-Arts de Nantes conserve un ensemble capital de dessins de l'artiste avec plus de 2600 numéros et 32 peintures, il faut également citer la collection du Musée du Louvre (plus de 800 dessins) et celle de l'École des Beaux-Arts de Paris.
Un autre cachet, Legs J. Elie Delaunay, a sans doute été apposé sur les dessins de l'artiste en 1898 suite au don des héritiers à l'État français en 1897 ; on le trouve par exemple sur des feuilles conservées dans les musées de Nantes, Besançon, Lille, Quimper, Angers, Toulouse (voir L.3745).
Il faut rappeler que, lors de la vente après décès de 1891, a été créé un troisième cachet encré en rouge, Vente Elie Delaunay, non cité dans Lugt car il a été apposé sur les tableaux et les études peintes.
 
VENTE
1891, 14-16 décembre, Paris (chez Tual et Motel ; expert B. Lasquin), introduction par G. Lafenestre, atelier, nos 1-149 peintures, nos 150-170 copies d'après les maîtres, nos 171-288 dessins, nos 289-297 œuvres de divers artistes, nos 298-309 tapisseries, nos 310-340 meubles, nos 341-352 faïences et porcelaines, nos 353-369 bronzes et curiosités.
 
BIBLIOGRAPHIE
Nantes-Paris 1988-1989 : Jules-Élie Delaunay 1828-1891, cat. par I. Julia et P. Dupont, Nantes, Musée des Beaux-Arts, Paris, Musée Hébert, 1988.
 
 
Date de mise en ligne : mars 2010.
 

Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia