numéro
L.709
intitulé de la collection
Dutuit, Eugène et Auguste
technique marque estampée, encre
couleur violet
localisation recto
dimension 2 x 9 mm (h x l)
2 renvois  
  • 1921
  • 1956
E. et A. DUTUIT (1807-1886 et 1812-1902), Rouen. Estampes et dessins.
 
Eugène Dutuit, issu d'une ancienne famille de Normandie, naquit à Marseille, mais vint de bonne heure à Rouen. Il reçut une solide éducation classique et fit son droit. Tout jeune encore, il manifesta un grand intérêt pour les livres, intérêt qui ne tarda pas à s'étendre aux estampes, et lorsqu'il fut entré en possession de sa très importante fortune, il commença à collectionner sur une grande échelle, avec le concours de son frère cadet, Auguste. Les estampes, surtout celles de l'école hollandaise, restaient son terrain d'étude préféré ; le fruit de ses infatigables recherches nous est conservé, dans son admirable ouvrage Manuel de l'amateur d'estampes, (5 vol. publiés, 1881-1888) et dans son Œuvre complet de Rembrandt (3 vol. 1883-1885). Il fut l'un des plus actifs organisateurs des expositions rétrospectives à Paris. En 1869 il exposa à l'Union centrale des Beaux-arts (Palais de l'Industrie) un choix de 500 estampes et de 68 reliures, qui fit une grande impression (catalogue par Clément, illustré), et en 1881 il envoya nombre d'estampes à l'Exposition du Cercle de la librairie, organisée par G. Duplessis. Lui et le baron Edm. de Rothschild y avaient les meilleurs envois. Eugène Dutuit était en même temps un beau caractère et un grand bienfaiteur.
Auguste Dutuit était peintre, élève de T. Couture, mais ses tableaux étaient mauvais et il en convenait lui-même. Il habitait beaucoup à Rome, surtout dans la seconde partie de sa vie ; il y mourut. Il vivait solitaire, menant un train de vie très modeste. On loue beaucoup sa bonne nature. Après la mort de son frère la maison de Rouen, avec ses immenses trésors d'art, était restée close ; elle ne fut ouverte qu'après le décès d'Auguste, par suite du legs qu'il fit de ses collections à la ville de Paris.
L'aîné des frères était le vrai créateur des collections ; c'est lui qui forma la splendide bibliothèque, avec ses nombreuses belles reliures, et le merveilleux cabinet d'estampes. L'achat d'une feuille, « le Reniement de St. Pierre », en 1829, en avait été le commencement. Tous les maîtres du burin et de l'eau-forte figuraient dans cette admirable réunion, où l'on remarquait surtout un œuvre splendide de Rembrandt (plus de 400 pièces), des œuvres de Dürer, Schongauer, Callot, Nanteuil, Claude Gellée, etc. Il réunit aussi un choix de très beaux dessins (voir, sur les estampes et les dessins de Dutuit, les articles de Michel et Bouchot dans la Gaz. des Beaux-Arts, 1903). Peu à peu les collections des deux frères s'étendirent aux céramiques, aux monnaies, aux émaux, aux tableaux, et leur sœur Héloïse y ajoutait même une réunion d'objets de la Chine et du Japon. C'est Auguste qui, en hôte de la ville éternelle, collectionnait surtout les antiquités grecques et romaines. Les deux frères étaient d'un goût très sévère et n'admettaient dans leur cabinet que des pièces parfaites. Ils collectionnaient moins pour leur propre satisfaction que dans le désir de sauvegarder ; quantité d'objets restaient non classés, emballés même, ou conservés chez les marchands qui n'avaient jamais été priés d'en faire livraison.
Les collections entières passèrent à la ville de Paris, en 1902, par testament d'Auguste Dutuit, et furent logées dans le Petit Palais. C'est seulement après leur entrée dans ce musée que les estampes et dessins furent marqués de l'un des deux cachets reproduits [L.708 et L.709]. En 1845 Eugène Dutuit avait déjà fait don à la bibl. de Rouen d'une remarquable collection d'estampes (voir au L.2151).
 
E. et A. DUTUIT, Rouen.
 
En 1927 parut le catalogue raisonné et illustré des Dessins des écoles du nord de la collection Dutuit par Frits Lugt ; on y trouve aussi l'historique de la collection. Voir encore un article illustré dans la revue Les Arts, n° 11 (déc. 1902).
Autre marque apposée sur des dessins et estampes des collections Dutuit conservées au Petit-Palais [L.709a]. Signalons, en addition à notre article du volume principal [1921], que la marque L.708 existe aussi en format double (20 mm. au lieu de 10 mm.) et que bien qu'apposée sur des dessins et estampes, elle est, dans ces deux formats, employée particulièrement dans les livres. Malheureusement la grande marque a été imprimée sur beaucoup des meilleures estampes, au recto, et les défigure cruellement. Pour la marque L.709, elle est généralement en violet, et toujours au recto.

Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia