numéro
L.924a
intitulé de la collection
Fénéon, Félix
technique marque estampée, encre
couleur noir
localisation recto
dimension 6 x 12 mm (h x l)
  • 1956
F. FÉNÉON (1861-1944), directeur de la Galerie Bernheim, Paris. Dessins modernes et quelques estampes.
 
Félix Fénéon naquit à Turin en 1861 de parents français et grandit en France. En 1881 il entre au ministère de la guerre où il est, en 1894, commis principal de 3e classe. A cette époque, soupçonné d'attaches avec les anarchistes auteurs d'attentats, il est arrêté, jugé dans le fameux « procès des trente » août 1894, et acquitté, comme tous les inculpés. Il quitte alors le ministère et entre à la Revue Blanche, qu'il dirige de 1895 à 1903. Il est au journal Le Matin où il écrit la rubrique « Nouvelles en trois lignes » 1903-1906. Puis entre en 1906 comme collaborateur à la galerie de tableaux Bernheim dont il devint secrétaire-directeur. Quitta cette galerie vers 1922 pour prendre la direction de la maison d'édition « La Sirène » où il connut bien des mécomptes. Il s'intéressait depuis longtemps déjà aux arts, comme en témoignent son étude Les Impressionnistes en 1886 (Paris, 1886), et ses articles parus dans diverses revues : Revue Indépendante, Libre Revue, La Plume, etc., articles réunis et publiés par Jean Paulhan sous le titre : Félix Fénéon. Œuvres. Paris, s. d. (1948). Voir aussi, par J. Paulhan : F. F. (Félix Fénéon) ou le critique. Paris, 1945. Par ses occupations intimement mêlé au monde des artistes de son époque, il était lié d'amitié avec beaucoup d'entre eux, notamment avec Toulouse-Lautrec qui l'a représenté dans le « Quadrille au Moulin Rouge ». Servi par son goût exceptionnel, il sut apprécier les vrais talents qui se montraient autour de lui et réunit de leurs productions, en tableaux et dessins, un ensemble remarquable pour lequel nous renvoyons aux comptes rendus ci-dessous des ventes dans lesquelles il fut dispersé. On y remarquera l'importante série des Seurat (voir notre L.2282a). Fénéon avait formé aussi, après la guerre 1914-1918, l'une des plus anciennes et des plus importantes collections de sculptures nègres de l'Afrique noire et de la Mélanésie, vendue les 11-13 juin 1947 (experts Ch. Ratton et A. et G. Portier, produit 1.793.670 fr.). Toutes ces ventes « après décès de Mr et Mme Fénéon » furent faites au profit de l'Université de Paris pour le création, sous le nom de Prix Fénéon, d'un prix littéraire et d'un prix de peinture, annuels, pour aider un ou plusieurs écrivains et peintres encore inconnus, âgés de moins de 35 ans, et reconnus sans grands moyens. Elles produisirent ensemble environ 20 millions et demi de fr., y compris les achats faits à l'amiable par le Musée du Louvre (5 millions) de 4 tableaux et 3 dessins de la vente III.
L'idée de cette fondation est de Mme Fénéon, pas de lui-même, peu porté à s'occuper de telles complications. Il donnait, même largement, autour de lui, mais sans presque se soucier de savoir à qui, et sans se rappeler combien. Plusieurs fois, devant son ami et ex-collègue à la Galerie Bernheim, l'actuel marchand de tableaux parisien Rodrigues-Henriques, cousin de Bernheim, il dit que ses tableaux pourraient bien être partagés, à son décès, entre ses intimes. Un jour, il chargea ce même ami de distribuer à des familiers, des dessins de sa collection, dont d'importants Seurat, en spécifiant qu'il ne voulait pas qu'on dise qui donnait, ni qu'on lui adressât quelque remerciement que ce soit. Une toute première vente, notre n° 1, avait eu lieu du vivant de Fénéon ; elle est évidemment en dehors de la donation.
 
VENTES :
I. 1941, 4 décembre, Paris (sans nom d'expert, en fait Fénéon lui-même). « Collection Félix Fénéon ». 15 dessins, aquarelles et gouaches par divers : Chagall, R. Dufy, C. Guys, Louise Hervieu, C. Pissarro, Radda, Rodin, Toulouse-Lautrec et van Dongen. 15 dessins et 9 peintures de G. Seurat. 48 tableaux par divers : Bonnard, Braque, Cross, Degas, Luce, Henri Matisse, Modigliani, Renoir, etc. Dans les dessins, principaux prix pour les Seurat au crayon Conté : La Femme au panier 100.000 fr., L'Arbre 70.000 fr., Le Cheval blanc 71.000 fr., La Lampe 52.000 fr., Cinq singes 52.000 fr., Les Meules 50.000 fr., L'Homme à la pioche 50.000 fr., Rayons 46.000 fr., Le Poulain 45.000 fr., Mère et enfant 23.500 fr., Cocher de fiacre 20.000 fr. Deux autres, de même procédé, chacun 10.000 fr., un crayon de couleurs 9500 fr., et un crayon et craie 10.000 fr. Dans les autres dessins : C. Guys, Un corps de garde à Nuremberg 35.000 fr., Saint-Arnaud et son état-major (Crimée, 1854) 12.000 fr. ; R. Dufy, Bateaux 16.000 fr., Les Sept nageuses 12.000 fr. ; Rodin, Danseuse 14.000 fr. ; Toulouse-Lautrec, Que la méditation de Sambhou vous protège ...! 14.000 fr. ; les van Dongen 8000 à 2100. - Produit, y compris les tableaux, 5.469.500 fr.
 
II. 1947, 30 avril. Paris (experts A. Schœller et E. Bignou) 138 nos. Tableaux (40 nos), dessins aquarelles, gouaches, pastels modernes (96 nos), céramiques (2 nos). Dans les dessins les plus gros prix allèrent aux Seurat et aux Signac. Des 15 nos de Seurat citons : L'Estacade de Port-en-Bessin 40.000 fr., l'Enfant à l'écharpe 53.000 fr., Femme debout en châle 34.500 fr., Femme assise aux mains croisées 30.000 fr., Fantassin assis 26.000 fr., Femme assise sur un banc 27.000 fr., et dans les Signac (17 nos) : La Giralda à l'Exposition de 1900, 20.000 fr., La Grue au Pont-Royal 35.000 fr., Viaduc de Morlaix 25.000 fr., Concarneau 29.000 fr., Le Petit-Andely 25.000 fr., Lézardrieux 36.000 fr., Saint-Malo 31.000 fr. Signalons encore : C. Angrand, E. Compard, Lucie Cousturier, Cross (17 nos, 6000 à 500 fr.), H. David, R. Dufy, Environs de Sainte-Adresse 21.800 fr. ; P. Gernez, Brune à la chemise rose 20.500 fr. ; A. Gritchenko, Paysage grec 20.800 fr. ; Gromaire (10 nos, dont Sarah 20.000 fr., les autres 7000 à 2300), C. Guys, Louise Hervieu, M. Loutreuil, M. Luce, Pascin, Roussel (8 nos, 14.000 à 2500 fr.), etc. - Produit, peintures comprises, 1.302.000 fr.
 
III. 1947, 30 mai, Paris (mêmes experts). 113 nos. Tableaux (54 nos), dessins, aquarelles, gouaches pastels modernes (59 nos). Quelque temps avant la vente, achat à l'amiable par le Musée du Louvre, pour 5 millions, de 4 peintures (1 Bonnard et 3 Seurat « Les Poseuses ») et de 3 dessins de Seurat : Le Dormeur, Le Fourneau, et Étude pour « Le Cirque ». Des dessins ce furent encore des Seurat qui obtinrent les plus hauts prix, avec Le Cheval noir 215.500 fr., et Au Crépuscule 310.000 fr. Les 7 autres dessins du maître firent : Le Chat blanc 150.000 fr., Clochetons 75.500 fr., Les Deux voitures 70.000 fr., La Hache 60.000 fr., Le Balayeur 83.000 fr., La Zone 140.000 fr. et Les Usines sous la lune 103.000 fr. D'autres maîtres : Bonnard, 4 nos dont Nu de dos s'essuyant 41.000 fr. au Metropolitan Museum de New-York qui acheta aussi de Cross, Le Jardin de l'artiste à Saint-Clair 47.000 fr. ; Degas, 2 Nus l'un 100.000 fr., l'autre 72.000 fr. ; Dufy, Gens de la plage et les vapeurs 51.000 fr. ; Gromaire ; C. Guys, 5 nos (9500, 17.500, 17.000, 12.500 et 20.000 fr.) ; Louise Hervieu, Danseuse 30.500 fr., deux autres 13.500 et 15.400 fr. ; M. Luce, La Liseuse en chemise 42.000 fr. ; Modigliani, Cariatide : nu rose à l'amphore 50.000 fr. ; H. Matisse 3 nos (25.000 à 15.000 fr.) ; Pascin ; C. Pissarro, Paysanne agenouillée 85.000 fr. ; K. X. Roussel, 3 nos (20.000 à 16.000 fr.) ; P. Signac, 13 nos, dont Bateaux vénitiens 40.000 fr., Audierne 41.000 fr. ; Lézardrieux, 2 aquarelles datées 1927, l'une 36.000 fr., l'autre 40.000 fr., Morlaix 41.000 fr., Le Quai Voltaire au printemps 60.000 fr. (les autres 29.000 à 20.000 fr., un 8200 fr.) ; van Dongen ; van Rysselberghe ; Vuillard, Jardin de l'Alcazar le soir 160.000 fr. et Nu à la chaise (peinture à l'essence et non gouache) 252.000 fr. - Produit avec les peintures, non compris les achats du Louvre, 12 millions environ.
 
IV. 1947, 9 juillet, Paris (mêmes experts). 137 nos. Tableaux, dessins, gouaches, aquarelles (ensemble 122 nos), estampes modernes (15 nos). Pour les dessins, la plupart des nos comportaient plusieurs feuilles. Citons : Cross 31 nos, Louise Hervieu 4 nos, dont : 2 dessins pour Les Fleurs du Mal 12.100 fr. ; M. Luce 33 nos, dont : 5 dessins 15.000 fr. ; Seurat 23 nos dont : Femme étendue sur un coussin 13.500 fr., 3 dessins 19.100 fr., 5 Etudes de têtes 20.100 fr., La Lyze 18.000 fr., et Garçonnet nu 20.000 fr. ; Signac 11 nos dont : Cassis 6700 fr. ; van Dongen, 2 aquarelles 5100 fr. Estampes peu importantes : H. Bataille, Cross, Signac, etc. - Produit 350.000 fr. environ.
 

Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia