numéro
L.1060
intitulé de la collection
Galichon, Louis
technique marque estampée, encre
couleur bleu
localisation montage, verso
dimension 34 x 37 mm (h x l)
1 renvoi  
  • 1921
Louis GALICHON (1829-1893), commerçant et amateur, Paris. Estampes et dessins anciens.
 
Louis Galichon était le frère d'Emile Galichon, le critique et collectionneur mort prématurément en 1875 et mentionné sous notre L.1058. Lui-même était membre de l'Académie de Mâcon, avait été commerçant, et s'était composé une belle collection d'œuvres d'art, où les estampes et les dessins des maîtres anciens occupaient une place importante. Ses dessins n'étaient pas nombreux, mais formaient une réunion fort intéressante, témoignant d'un goût éclectique. Les estampes offraient généralement des épreuves en états fort rares, d'admirable condition, et de provenance de premier ordre (Arozarena, Aylesford, Marshall, Böhm, Reynolds, Mühlbacher, Robert-Dumesnil, de Behague, Firmin-Didot et surtout Emile Galichon).
 
VENTE : 1895, 4-9 mars, Paris (expert Danlos). Estampes et dessins ; belle vente de 1198 nos, dont 170 pour les dessins. La vente se fit sous les initiales L. G. Les dessins, dont presque tous les meilleurs provenaient du frère du collectionneur, comprenaient de belles feuilles de Gent. Bellini, Cochin, Lorenzo di Credi (la Vierge tenant l'Enfant, 1050 fr.), Dumonstier, Dürer (Deux têtes, dont une de fou, peinture à l'eau sur toile 1000 fr., Paysage, Assomption, etc.), Claude Gellée (le Ponte Molle 1120 fr.), Giotto (Jugement de Joseph 700 fr.), Et. Delaune (Le Triomphe de la Foi 2350 fr.), Luini (Tête de Vierge, coll. Timbal, 3100 fr.), Masaccio, Germ. Pilon, Prud'hon (Croquis pour le portrait de Mme Récamier 300 fr.), Rembrandt (Jeune femme dans un fauteuil, sanguine et sépia 600 fr.,  Episode de l'histoire ancienne 215 fr., Ferme 260 fr., Paysans près d'un champ de blé, moulin à vent dans le fond 375 fr.), J. Ruisdael, (Chaumières 520 et 560fr.), Raphaël (La mise au tombeau, coll. de La Noue, Julienne, Roi de Hollande, et vendue 6200 fr. à la vente Timbal en 1882, 1300fr.), Watteau (Deux femmes assises 4600 fr., Le ménage mal assorti 4100 fr.). Dans les estampes, les plus gros prix furent atteints par les eaux-fortes de Rembrandt, dont le catalogue présentait 100 pièces environ : La Pièce de cent florins 2e ét. sur japon, marge, coll. Aylesford, 14.550fr. et le Bourgmestre Six, 2e ét. coll. Arozarena et Didot, 12.050 fr., citons encore du même : La chaumière et la grange à foin 1205 fr., J. Asselijn 1r ét. au chevalet, 620 fr. Comme autres maîtres de l'école hollandaise surtout Lucas de Leyde (La danse de la Madeleine, coll. Didot 2060 fr.) et Ostade. Dans l'école allemande Schongauer et Dürer étaient représentés par de superbes séries ; du premier e. a. La Nativité 1450 fr., L'Adoration des Rois 1750 fr., La Fuite en Egypte 1050 fr. et la Vierge assise dans une cour 1500 fr. Dans les Dürer, la magnifique épreuve du St. Hubert de la vente Didot 1850fr. et la Vie de la Vierge, bois, 1600 fr., puis van Meckenen, Zasinger, Zwott, et, comme italiens, Marc-Antoine et J. de Barbari. - L'école française était naturellement bien pourvue dans cette collection si diverse, où l'on rencontrait même quelques modernes comme Meryon et Seymour Haden. Du XVIe et du XVIIe siècle il y avait Duvet, Callot, Claude et Nanteuil, et le XVIIIe siècle brillait particulièrement par un riche choix de Baudouin, Moreau, Janinet, Lavreince (les meilleurs entre 325 et 450fr.), Watteau, de St. Aubin (Le Bal paré et Le Concert, av. l'adr. et av. la mention « graveur du roi » 1920 fr.) ; plusieurs de ces feuilles à l'état d'eau-forte pure. Très belles feuilles de Debucourt, dont L'Escalade et Heur et malheur, en couleurs, 1000 fr., L'Almanach pour l'année 1791, 1010 fr., La Promenade publique 1100 fr., La Croisée, av. t. l. et différents changements, rarissime 2550 fr., Modes et manières du jour, 49 ff. 1510 fr. - Il y avait encore dans cette vente une série très remarquable de 26 almanachs, de 1669 à 1724. - Produit 153.663 fr.
 

Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia