numéro
L.1304
intitulé de la collection
Triqueti, Henry de
technique marque estampée, encre
couleur noir
localisation recto
dimension 4 x 9 mm (h x l)
  • 1921
  • 1956
  • depuis 2010
H. BARON DE TRIQUETI (1802-1874), sculpteur et peintre, Paris. Dessins et estampes.
 
Le baron Henri de Triqueti, né à Conflans (Loiret), était élève de Hersent. Comme peintre il exécuta des toiles de genre, et il excella comme sculpteur dans les bas-reliefs. Il prit une part active aux premières tentatives de renouvellement de l'art industriel moderne. Demeurait 15 rue Pigalle. Auteur de Les trois Musées de Londres, étude statistique et raisonnée de leurs progrès, 1861. Il avait épousé la petite-fille du sculpteur Thomas Banks (voir L.2423) et hérita ainsi de la moitié de la belle collection de dessins formée par celui-ci ; l'autre moitié passa à son beau-frère, l'architecte A. Poynter (L.161). Le baron de Triqueti fut l'intermédiaire par l'entremise duquel les beaux dessins réunis par Fréd. Reiset furent vendus au duc d'Aumale. En dehors des dessins, il collectionnait les estampes anciennes et modernes ; il possédait e. a. des pièces rarissimes de Géricault, provenant de la collection Jamar qu'il paraît avoir achetée en bloc (actuellement au Musée de Rouen). On ne trouve pas de catalogue d'une vente publique de sa collection de dessins. Pourtant il a dû en céder une partie, peut-être à l'amiable, car on rencontre souvent des feuilles portant sa marque. Dans le catalogue de la collection des Dürer de Posonyi, de 1867, figure déjà un dessin (Vierge avec l'Enfant, de 1511, actuellement à Berlin) provenant de la collection Triqueti. D'autre part, on cherche vainement trace de quelques dessins importants, ayant certainement appartenu à notre amateur, et complètement disparus ; peut-être sont-ils restés oubliés dans quelque carton. Sa fille, mariée à un gentleman américain, M. Lee-Childe, hérita du reste de sa collection (tableaux, anciens, surtout quelques beaux primitifs italiens, tableaux modernes et objets d'art). Après sa mort, son mari donna vers 1887, à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris, 3000 dessins faits par le baron de Triqueti. La collection dont Mme Lee-Childe avait hérité fût alors dispersée en deux ventes publiques faites à Paris sous les initiales Me L. C., la première le 4 mai 1886 (136 nos, produit 120.682 fr., experts Féral, G. Petit et C. Mannheim), et la deuxième le 7 du même mois (experts Mannheim et Féral, 109 nos).
 
H. BARON DE TRIQUETI, PARIS.
 
Henri Joseph François, Baron de Triqueti, sur qui A. Leroy a publié une monographie parue à Orléans en 1894, naquit en 1804 et non en 1802.
 
HENRY DE TRIQUETI (1803-1874), sculpteur et peintre, Paris. Dessins et estampes.
 
Nous corrigions ici la date de naissance d’Henri de Triqueti. Le sculpteur est né en 1803 et non pas en 1802 comme l’écrit Lugt en 1921, qui avait probablement pris cette date dans l’ouvrage de Fagan. Bien que sur son acte de naissance figure le prénom Henri, l'artiste l'orthographie Henry à partir des années 1850.
Lugt a déjà mentionné le don d'un ensemble de dessins, recueils et manuscrits de Triqueti par Edward Lee Childe, gendre de l'artiste, à l'école des Beaux-Arts de Paris en 1887. Ajoutons que le Musée Girodet à Montargis et le Musée des Beaux-Arts à Orléans ont aussi bénéficié de dons. Treize ans auparavant, en 1874, la fille de l'artiste, Blanche Lee Childe, avait offert le fonds d'atelier Triqueti, consistant surtout en plâtres, au musée de Montargis. Henry de Triqueti avait joué un rôle dans le réaménagement du Musée des Beaux-Arts de Montargis, comme il s'intitulait alors, et avait d'ailleurs fait lui-même trois dons (une gravure d'après une de ses œuvres, et deux modèles en plâtre et en terre cuite). Puis, en 1886, le Musée des Beaux-Arts d'Orléans a reçu 69 objets, des terres cuites, des marbres et des bronzes, don d'Edward Lee Childe. Ces deux dernières institutions ont publié un catalogue d'exposition dans lequel on ne trouve malheureusement pas de renseignements sur la collection de dessins et d'estampes de l'artiste, bien qu'un chapitre soit dédié au rôle de Triqueti en tant que conseiller artistique pour Henri d'Orléans, duc d'Aumale (1822-1897 ; voir L.2778/L.2780).
 
BIBLIOGRAPHIE
L. Fagan, Collectors' Marks, Londres 1883, no 1304.
Orléans-Montargis 2007-2008 : Henry de Triqueti, 1803-1874. Le sculpteur des princes, musée des Beaux-Arts d'Orléans, musée Girodet, Montargis, s.l. 2007.
B. Chenique, Triqueti et l’avant-garde du régiment Géricault. Un tableau inédit de Théodore Géricault, Montargis 2007.


Date de mise en ligne : mars 2010 ; dernière mise à jour : juillet 2015.

 

Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia