numéro
L.1331
intitulé de la collection
Loedel, Johann Carl
technique marque estampée, encre
couleur noir
localisation verso
dimension 18 x 24.5 mm (h x l)
  • 1921
  • 1956
  • depuis 2010
Marque non identifiée.
 
On a supposé que cette marque L.1331 était celle de Henri Loedel. Le style du cachet ressemble beaucoup à notre L.1334b. Pour plus de renseignements voir à ce numéro.
 

CARL JOHANN LOEDEL (Göttingen 1825-Colditz 1868), dessinateur, graveur et lithographe, Leipzig. Estampes.

Cette marque a été publiée par Frits Lugt en 1921 comme non identifiée. Plus tard, en 1956, Lugt reprend un courrier du 1er avril 1925 de Bella Martens (1891-1959), de la Kunsthalle de Hambourg, qui indique que ladite marque pourrait appartenir à Heinrich Loedel (L.1334b). Ce courrier (conservé dans les archives de la Fondation Custodia) permettra en fait à Lugt d’associer la marque en question à Heinrich Loedel.
En réalité cette marque ne lui appartient pas, mais revient à son fils Carl Johann, élève de son père et de Moritz Steinla (L.4710) à Dresde.
Installé à Leipzig en 1846, il s’est spécialisé dans le dessin et la gravure d’œuvres issues des sciences naturelles. De lui nous sont également connus des dessins de paysages.
Cette marque a été signalée au verso d’un dessin de Maarten van Heemskerk, Jael, 1560 (New York, Metropolitan Museum of Art, Lehman Collection, inv. 1975.1.780. Sur ce dessin se trouvent les marques suivantes : John MacGouan, L.1496 ; Henry Reveley, L.1356 ; Robert P. Roupell, L.2234). La marque est aussi signalée sur plusieurs gravures : James Watson d’après Sir Antony van Dyck, Portrait d’Archbishop Laud, publiée par John Boydell à Londres en 1779 (Cambridge, Fitzwilliam Museum, inv. P.11260-R) ; Pieter Stevens van Gunst d’après Anthony van Dyck, Portrait de Jane Goodwin (id., inv. 34.14.165), mais elle ne semble pas figurer au verso de son pendant, le Portrait d’Arthur Godwin (id., inv. 34.14.145). Ces deux dernières gravures se trouvent bien dans le catalogue de vente de 1871 aux nos 1031 et 1032. La présence de la marque aux lettres H et L est alors à mettre en rapport avec J.C. Loedel dont le nom est mentionné sur la page de titre de la vente de 1871, même si l’indication de la provenance des lots semble être limité pour J.C. Loedel aux nos 2168 à 2194, et pour H. Loedel le père aux nos 2195 à 2213. Mais il est toutefois légitime d’interpréter la première lettre de la marque comme étant formée des lettres J C jumelées par un trait horizontal.

SOURCES
A. Wyatt Thibaudeau, Dictionnaire des marques et monogrammes d’amateurs, manuscrit, Berlin, Kupferstichkabinett, WGa 0 19, fol. 119.

VENTE
1871, 26 juin, Leipzig, chez Rudolph Weigel’s Kunsthandlung, Catalog mehrere meist hinterlassenen Sammlungen von Kupferstichen, Radirungen, Kunstbüchern, Handzeichnungn etc. aus dem Nachlasse des gewesenen Güterdirectors Grün in Wien, des Malers Gustav Schlick in Dresden, des Kupferstechers J.C. Loedel in Leipzig und anderer Künstler und Kunstfreunde. Total nos 3108. (Lugt Rép. 32551).

BIBLIOGRAPHIE
L. Fagan, Collectors’ Marks, Londres 1883, no 256 (comme non identifiée).
U. Thieme & F. Becker, Allgemeines Lexikon der Bildenden Künstler von der Antike bis zur Gegenwart, t. 23, Leipzig 1929, p. 314 s.v. Lödel, Carl (Joh. C.).


Date de mise en ligne : avril 2018 ; dernière mise à jour : mai 2018.


Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia