numéro
L.1352a
intitulé de la collection
Herrmann, Philipp
technique marque estampée, encre
couleur rouge
localisation recto, verso
dimension 9.5 x 7 mm (h x l)
  • 1956
  • depuis 2010
Ph. HERMANN (né en 1899), Karlsruhe. Dessins anciens.
 
Philipp Hermann, né à Karlsruhe, y exerce la profession de restaurateur de tableaux. Sa collection est composée de dessins allemands et italiens du XVIIIe siècle.

PHILIPP HERRMANN (Karlsruhe 1899-id. 1968), artiste et restaurateur, Karlsruhe. Dessins et estampes.

Philipp Herrmann (et non Hermann comme publié par Lugt) a commencé sa carrière en tant qu’artiste peintre après des études à la Kunstakademie de Karlsruhe et à l’Akademie der Bildenden Künste de Munich.
Il fit un séjour à Paris en 1925 puis, à son retour, s’installa définitivement à Karlsruhe. Ses portraits, natures mortes et paysages sont régulièrement exposés à Baden-Baden et à Karlsruhe. À partir de 1933, il commence à se former comme restaurateur dans l’atelier de restauration de la Staatliche Kunsthalle Karlsruhe avant de mener dès 1936 une carrière de restaurateur indépendant.
Ajoutons à la notice de Frits Lugt qu’Herrmann n’a pas seulement collectionné des dessins anciens, mais qu’il a réuni également des dessins du XIXe siècle ainsi que des estampes. Un dessin provenant de sa collection est aujourd’hui conservé au Metropolitan Museum of Art de New York (inv. 2005.149 comme Jacob Matthias Weyer). D’autres sont passés sur le marché de l’art, comme par exemple un dessin d’Albert Christoph Dies (cat. C.G. Boerner, Neue Lagerliste 124, Düsseldorf 2008, no 16). Une grande partie de ses œuvres demeure toujours entre les mains de ses héritiers. Herrmann n’a pas eu d’enfants et ce sont les descendants de sa sœur Kathinka et de son beau-frère, le collectionneur Bernhard Himmelheber (L.4035), qui ont hérité de la collection. Une partie de cette collection est ainsi allée à Georg Himmelheber, fils de Bernhard, voir L.5321, tandis qu’une autre a été vendue lors de la vente du 13 mai 2017 à Heidelberg chez Winterberg (dessins, estampes et un tableau).
Enfin, Herrmann a également rassemblé une collection de céramiques et de faïences allemandes et suisses, avec une prédominance de faïences provenant de la manufacture Durlach. Cet ensemble est également passé aux descendants de Bernhard et Kathinka Himmelheber. En 2015, une partie de cette collection fut vendue (vente 2015, 26 février, Stuttgart, Nagel, nos 5411-5432, 5441).

BIBLIOGRAPHIE
H. Niester, ‘Nachruf auf Restaurator Philipp Ludwig Herrmann’, Nachrichtenblatt der Denkmalpflege in Baden-Württemberg, 12, 1969, 1, p. 28 (article en ligne : http://katalog.ub.uni-heidelberg.de/cgi-bin/titel.cgi?katkey=67649489).
I.J. Himmelheber, ‘Philipp Herrmann. Ein Maler gegen seine Zeit’, Weltkunst, 11, 1999, pp. 1894-1895.


Date de mise en ligne : juin 2015 ; dernière mise à jour : novembre 2018.


Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia