numéro
L.1450
intitulé de la collection
Vos Jbzn, Jacob de
technique marque estampée, encre
couleur noir
localisation verso
dimension 9 x 12 mm (h x l)
  • 1921
Jacob de VOS Jbzn (1803-1882), assureur, Amsterdam. Dessins anciens.
 
Jacob de Vos Jacobszoon (c'est-à-dire fils de Jacob) poursuivit glorieusement une tradition de famille. Ses ancêtres, depuis la moitié du XVIIIe siècle, avaient brillé au premier rang parmi les promoteurs des beaux-arts à Amsterdam. Le patriarche fut Jacob de Vos, né en 1735, un des plus fins connaisseurs de l'école hollandaise, formateur d'un excellent petit cabinet de tableaux anciens et d'une collection hors ligne et nombreuse de dessins anciens. Après sa mort (il mourut très âgé, à 96 ans) cette collection fut vendue en 1833 à Amsterdam. Son neveu, Jacob de Vos Willemszoon (fils de Willem), 1774-1844, fut un dessinateur habile, un critique avisé en peinture et un actif soutien pour les artistes. S'il était moins collectionneur que son oncle, son fils le compensa pleinement. Ce fils est le Jacob de Vos Jbzn cité en tête. Dans l'exemple éducateur de son grand-oncle et de son père, il avait puisé l'amour de l'art et développé son goût inné, pour les dessins surtout. De bonne heure il commença à se former une collection personnelle ; on peut dire que ce qu'il réunit en dessins forma la dernière grande collection de ce genre que la Hollande ait connue. Déjà à la vente mémorable de son grand-oncle en 1833, lui ou son père rachetait quantité des plus beaux dessins, par l'intermédiaire du courtier de Vries ; ces dessins formaient la base de la riche collection qui nous occupe ici. Elle était parfaitement à la hauteur des célèbres cabinets particuliers qui avaient été, depuis le XVIIe siècle, une caractéristique de ce pays. Avec un œil délicat il sut choisir les belles pièces des collections Verstolk, Cranenburgh, de Kat, Six, Leembruggen, Baartz, vendues à son époque, dans son entourage direct. Il sut également profiter de collections étrangères telles que celles de Lawrence, Esdaile, Woodburn, etc. De Rembrandt seul il parvint à posséder une cinquantaine de feuilles, parmi lesquelles des pièces capitales. Dans les réunions de la société « Arti et Amicitiae » il fit souvent circuler un choix de ses plus beaux dessins sur les montures desquels il notait régulièrement, de sa main, les dates de ces expositions intimes (« Kunstbeschouwingen »). En même temps l'amateur collectionnait les tableaux modernes, œuvres importantes de Troyon, Delacroix, Decamps, Bosboom, Rosa Bonheur, Leys, Pettenkofen, etc., et des aquarelles et dessins de maîtres contemporains, où les croquis de Delaroche attiraient l'attention. Ces parties de sa collection furent vendues à Amsterdam les 22-23 mai 1883, les tableaux modernes produisant 125.606 fl. et les dessins modernes 22.103 fl. Les livres (belle bibliothèque de 352 nos) et les estampes anciennes et modernes (nos 353-450) les 25-26 mai suivants. Une galerie construite derrière sa maison, au Heerengracht 130, près du Leliegracht, à Amsterdam, abrita tous ces trésors. Le portrait de l'amateur, gravé par P. J. Arendzen, figure comme frontispice au catalogue de sa vente. Ce n'est pas seulement comme amateur-collectionneur que Jacob de Vos Jbzn continua dignement l'œuvre commencée par ses parents, mais aussi comme protecteur généreux des jeunes artistes. Dans cet ordre d'idées il faut mentionner sa création d'une galerie de 300 tableaux ayant trait à l'histoire de son pays. Pour encourager ce genre de peinture, il avait fixé un prix pour tout sujet rentrant dans le cadre de cette galerie. Sa veuve, Mme de Vos née Wurfbain la légua à la société « Arti et Amicitiae », mais cette société l'a par la suite vendue dans des conditions qui n'ont pas manqué de soulever de vifs commentaires. Les amateurs P. Langerhuizen et D. Franken Dzn l'acquirent en 1895 au prix de 15.000 fl., et les tableaux se trouvent maintenant au Musée Municipal d'Amsterdam. Citons encore, parmi ses belles actions, comment il aida à sauver pour Amsterdam le musée van der Hoop. Ce superbe cabinet de tableaux avait été légué à la ville, mais le fisc réclamait les droits de succession et le conseil municipal ne croyait pas pouvoir en charger le budget. Quelques particuliers s'entendirent alors pour réunir la somme nécessaire, mais il restait toujours un déficit considérable à combler. Jacobs de Vos Jbzn y pourvut par sa signature.
 
VENTE : 1883, 22-24 mai, Amsterdam (dir. Roos, Frederik Muller & Co., Pappelendam & Schouten, et C. M. van Gogh). Dessins anciens. Superbe collection de 749 nos, la plupart de l'école hollandaise du XVIIe siècle. Rembrandt brillait par 57 nos ; la critique moderne rejette bien quelques-unes de ces feuilles payées alors des prix très élevés, mais la plupart étaient pourtant très belles : La Sainte Cène d'après L. de Vinci 2100 fl. (au Cabinet de Berlin), Siméon dans le Temple 1150 fl. (à Heseltine), Le Rempart de Ville 5200 fl. (Teyler, Haarlem), « Le Poète Vondel devant sa maison » 4000 fl. (à Berlin), Moulins près d'Amsterdam 650 fl., Vue de l'Amstel, sur parchemin 810 fl. (Cabinet d'Amsterdam), Vue étendue d'un paysage plat 1220 fl., Paysage hollandais 2710 fl. (Heseltine), Le Garçon récalcitrant 4400 fl. (à Berlin), Lion couché 820 fl., Vieillard, sanguine 1020 fl., Les dormeurs, deux dessins 605 fl. Un dessin alors célèbre, La Mort de la Vierge, était très douteux, il fit 3100 fl. Suivent les autres pièces capitales par ordre alphabétique : Avercamp, Les Pêcheurs 635 fl., plusieurs beaux Bakhuyzen entre 65 et 230 fl., Berchem, Le Colisée 400 fl., Le Coup de l'étrier 370 fl., Bisschop, Départ de Charles II de Scheveningue 1200 fl., A. van Borssom, Deux Paysages avec Moulins, en coul. 525 et 600 fl., Cuyp, Vue de rivière 1500 fl., Dou, Le Diner de la vieille 800 fl., A. van Dijck, Portrait de Lucas Vorsterman 1800 fl., celui de Fr. Frank 1930 fl. et celui d'Adam van Oort 2450 fl. ; plusieurs fins portraits par Goltzius, à la pointe d'argent sur papier préparé, entre 200 et 510 fl., J. van der Heyden, Le Parc aux Cerfs à la Haye 970 fl., Hobbema, Le Moulin à eau 2200 fl., Ph. De Koning, Panorama 705 fl., Vue sur le Zuiderzee 780 fl., Portrait de Vondel 210 et 380 fl., Peter Lely, Chancelier et Héraut d'armes de l'ordre de la Jarretière 790 fl., Maes, Vieille réparant un bonnet, sanguine, 1420 fl., Metsu, La liseuse, 560 fl., Mierevelt, Maurice d'Orange 1410 fl. et même prix pour Philippe-Guillaume de Nassau, A. van Ostade, « De Klosbaan » 1110 fl., Ménage rustique 1700 fl., une série de châteaux dessinés par Roghman 100 à 200 fl. pièce, Rubens, L'Infant Charles d'Autriche 700 fl., Saenredam, Vue à Bois-le-Duc 1500 fl., quelques gouaches importantes de Troost 305 à 380 fl., Adr. Van de Velde, Repos du Chasseur 940 fl., Etudes à la sanguine 830 fl., C. Visscher, La Bohémienne, comme par la gravure, 435 fl. et Le Grand Chat 455 fl. Et nous omettons encore nombre de pièces exquises de J. Brueghel, Buyteweg, Cats, Doomer, Eeckhout, Everdingen, van Huysum, du Jardin, Lievens, van der Neer, Potter, Ruisdael, Steen, W. van de Velde, Wouwermans et Wynants. - Dans les écoles étrangères, à noter Léonard de Vinci, Etude pour la Madonna del gatto 3900 fl. (à Dreyfus), Claude Gellée, Paysage en Italie 1700 fl., Greuze, La Marchande de Marrons 580 fl. - Produit 161.100 fl., dont 43.805 fl. pour les Rembrandt.
 

Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia