numéro
L.1828a
intitulé de la collection
Moser, Benno
technique marque estampée
couleur noir, violet
localisation recto, verso
dimension 10 x 10 mm (h x l)
  • 1956
  • depuis 2010
B. MOSER (XXe siècle), amateur allemand. Dessins.
 
Marque relevée sur de bons dessins allemands du XIXe siècle, dont quelques-uns passèrent dans une vente le 19 février 1942 chez C. G. Boerner à Leipzig, et sur des feuilles de moindre importance. Nous n'avons pu trouver de renseignements sur ce collectionneur. Notre reproduction de la marque n'est peut-être pas tout à fait exacte.

BENEDIKT MOSER (Sulzbach am Inn 1898-Vienne 1988), marchand d’art, Vienne. Estampes, dessins et tableaux.

Benedikt Moser, plus connu sous le nom de Benno Moser, était installé à Vienne et, en 1924, habitait au 49/6 de la Meiselstraße. Le Kunst und Antiquitätenhandlung, qu’il avait créé avec son ami Johann (Hans) Kühn (1902-1943), se trouvait à la même adresse, au 49A. Parmi leurs protégés figurait le peintre Hans Robert Pippal (1915-1998) dont les deux marchands possédaient de nombreuses œuvres. Quand, en 1943, Hans Kühn décide de se suicider pour échapper aux nazis (voir L.3779), son ami Moser hérite alors de la collection. Ceci explique la présence fréquente de leurs deux cachets sur plusieurs œuvres.
Vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, Moser transporta ses œuvres de Vienne à Sulzbach am Inn, son village natal de Bavière proche de Passau, afin de les mettre à l’abri. La collection, qui comptait près de 200 œuvres fut alors placée sous la responsabilité d’Anton Probst. Celles qui ont survécu (certaines ont disparu ou ont été détruites en raison de mauvaises conditions de conservation) ont été transférées au mois de janvier 1947 dans un dépôt du Schloss Vornbach pour élucider les questions de provenance et, en 1949, Benno Moser a enfin pu reprendre possession de sa collection (voir Karahan 2013, p. 153 et note 662).
Le cachet a été signalé sur les dessins et gravures suivants : un dessin d’August Rieder, Homme nu debout tenant deux barres, 1817 (Vienne, Akademie der bildende Künste, Kupferstichkabinett, no 26344) sur lequel figurent aussi les cachets de la Nachlass Wilh. Aug. Rieder (Lugt non décrit) et de la collection Hans Kühn (L.3779) ; un dessin de Francesco Bartolozzi, Étude de quatre têtes (J. Fach, Katalog 80, Francfort-sur-le-Main 2001, no 20), où l’on trouve aussi le cachet d’une collection non identifiée (L.83a), celui du Dr. A. Ritter von Wurzbach (L.2587), et celui aussi de Kühn (L.3779) ; un dessin de Peter Cornelius, Scène de la Jérusalem libérée (coll. part. allemande) où figurent également la marque de Cornelius (L.459a) et celle de Kühn (L.3779) ; une lithographie de Friedrich Philipp Reinhold, Paysage du Sud avec ruines (vente 2003, 16-27 septembre, Cologne, Venator & Hanstein KG, Auktion 90, n° 905) au verso de laquelle on trouve, là encore, le cachet de Kühn (L.3779) ; un dessin de l’École allemande, L’Annonciation (coll. part.) ; un dessin de Lambert Lombard, St. Pierre recevant les clefs du Christ (vente 2006, 14 novembre, Amsterdam, Sotheby’s, no 91, provenant de la collection de feu le Dr. J.A. van Dongen d’Amsterdam. Voir Anvers 2014-2015 : Apelles achterna. Renaissancetekeningen uit de Zuidelijke Nederlanden uit Antwerpse privécollecties, cat. de K. Jonckheere et M. Martens (dir.), Anvers, Museum Mayer van den Bergh, 2014, no 22) ; un dessin de Joseph Rebell, Paysage avec temple antique (vente 2013, 8 novembre, Munich, Karl & Faber, Auktion 252, no 215) ; un dessin d’Abraham II Genoels, Paysage avec une fontaine. Sur le verso on trouve également le cachet d’une collection non identifiée et celui du Dr. A. Ritter von Wurzbach, L.2587 (chez J. Fach, Francfort-sur-le-Main, 2014).
La marque est apposée au recto ou verso des dessins et des gravures. Le repérage de son cachet nous donne déjà une petite idée des centres d’intérêts de Benno Moser, mais il est encore trop tôt pour avoir une vue d’ensemble de sa collection.

SOURCES
Vienne, Wiener Stadt- und Landesbibliothek (WStLA), MA 8, Historisches Meldearchiv, Meldeauskunft zu Benno Moser.
Vienne, Bundesdenkmalamt (BDA), Restitutionsmaterialien, PM Benno Moser.
B. Karahan, Erika Abels-d’Albert (1896 Berlin-1975 Paris) Malerin, Graphikerin, Modeschöpferin und ihr Vater, der Kunstkritiker Dr. Ludwig W. Abels. Eine Spurensuche, Masterarbeit Universität Wien, Vienne 2013.

BIBLIOGRAPHIE
M. Pippal, H.R. Pippal, Zwischen Innovation und Tradition, Vienne 2003.
H. Czernin, Die Fälschung. Der Fall Bloch-Bauer und das Werk Gustav Klimt, Vienne 1999, p. 401.


Date de mise en ligne : décembre 2014 ; dernière mise à jour : septembre 2015.


Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia