numéro
L.2026e
intitulé de la collection
Picasso, Pablo Ruiz dit
technique marque estampée, cachet sec
couleur noir
localisation recto
dimension 14 x 36 mm (h x l)
1 renvoi  
  • 1956
P. PICASSO (né en 1881), peintre et graveur, Paris. Sur quelques-unes de ses estampes.
 
Pablo Ruiz, dit Picasso, du nom de sa mère qu'il a adopté depuis longtemps pour signer ses œuvres, naquit à Malaga. Son père, Ruiz Blasco, était professeur de dessin. Lui sortit du collège de Barcelone en 1896 pour entrer à l'Ecole des Beaux-Arts de cette ville, ensuite à celle de Madrid. En 1900, premier voyage à Paris où il se fixe définitivement en 1904. Son œuvre en général, ses diverses « époques », bleue (1902-1905), rose (1906), puis nègre, puis cubiste (1910-1914-1915), puis ses tendances naturalistes, classicistes, abstraites, surréalistes, ont été étudiés dans maints et maints ouvrages auxquels nous renvoyons, sans besoin même de les citer ; il en paraît constamment de nouveaux. Il n'apprit pas la gravure méthodiquement, mais plutôt par des conseils d'amis, par exemple son compatriote Ricardo-Canals. Et ses débuts, dans cet art, du point de vue vente, ne furent pas brillants. Il a raconté lui-même, et on nous l'a confié, que son seul client était alors Clovis Sagot, frère du marchand-éditeur Edmond Sagot (nos L.2253-54), qui tenait, 46 rue Laffitte, un peu en bohême, une boutique d'art d'avant-garde. Lorsque Clovis Sagot lui passait commande d'une, ou rarement deux épreuves, Picasso allait les chercher chez son imprimeur Delâtre (notre L.742), qui conservait le tirage que l'artiste n'avait pu régler d'un seul coup, payait à raison de 5 fr. la feuille et allait ensuite livrer à Clovis qui les lui achetait 20 fr. l'estampe ; la cote a quelque peu monté, environ de 5.000 à 150.000 fr. Picasso, par la suite, a parfois été son propre tireur ; ce fut aussi Fort (notre L.941e), le tireur habituel de Vollard, et d'autres, ceux des éditeurs. Comme lithographe, première production en 1919 seulement, alors qu'il pratiquait la gravure depuis déjà vingt années. Voir, sur cette section spéciale de son œuvre, le catalogue raisonné par F. Mourlot, préfacé par J. Sabartès, Picasso lithographe, Monte-Carlo, s. d., 2 vol. (de 1919 à 1930, 27 nos, depuis la reprise, 1945, jusqu'à 1950, 179 nos) et le petit album de reproductions (66) avec introduction de B. Geiser, Pablo Picasso lithographs 1945-1948, New-York, 1948. Son œuvre graphique entier, pièces séparées et illustrations de livres (les plus marquantes de celles-ci : 13 pl. pour le Chef-d'œuvre inconnu, de Balzac, A. Vollard, 1931, et 30 pl. pour les Métamorphoses d'Ovide, A. Skira, 1931) est décrit dans B. Geiser, Picasso peintre-graveur. Catalogue illustré de l'œuvre gravé et lithographié 1899-1931, Berne, 1933 (cuivres 210 nos, bois 10 nos, lithos 27 nos, monotypes 10 nos). Expositions de ses œuvres, surtout peintures, trop nombreuses pour être énumérées, dans tous les grands centres artistiques. Importante exposition de son œuvre, à Paris, en juin-octobre 1955 : « L'Œuvre gravé » à la Bibliothèque Nationale, catal. par J. Adhémar et Ch. Perussaux avec avant-propos et introduction par J. Cain et J. Vallery-Radot, et les « Peintures 1900-1955 » au Musée des Arts Décoratifs, catal. avec avant-propos et introduction d'Eug. Claudius Petit et de M. Jardot.
Des deux griffes reproduites, aucune n'appartient au maître lui-même qui a bien voulu nous faire savoir qu'il n'a jamais eu ni apposé aucune marque sur les épreuves de ses estampes. La première, L.2026e, se rencontre sur des pièces de la série « Les Saltimbanques » gravée en 1904-1905, tirées sur des papiers très différents de celui du tirage que Vollard fit exécuter par Fort, après son achat en 1913 des cuivres de cette suite, qu'il avait fait aciérer. Les épreuves portant le timbre sont plus belles que celles de ce tirage Vollard, donc sans doute antérieures, ou tout au moins avant l'aciérage. Qui a apposé cette griffe ? Vollard ? Le maître lui-même ne le sait pas.
La seconde marque, L.2026f, figure, dans la marge inférieure et à droite, sur les deux planches, de chacune 9 sujets, illustrant l'ouvrage : Picasso P., Sueño y mentira de Franco (1937), tirage à 850 exemplaires sur Montval numérotés au crayon. Dans les 17 exemplaires hors commerce de ce tirage, les deux planches portent de plus, dans la marge du bas, à gauche, au crayon rouge, les inscriptions : H.C. (hors commerce) le numéro de l'épreuve (par exemple II/XVII), et la lettre W (initiale du libraire Weber). Dans le tirage à 150 exemplaires sur japon, numérotés au crayon, les 2 planches ne sont pas signées avec la griffe, mais au crayon, à droite. L'édition a été faite par un comité d'entr'aide pour les républicains espagnols, dont le siège était à Paris, dirigé par Juan Larréa. La griffe a été apposée par ce comité à la dissolution duquel le libraire parisien Weber acheta, en 1938, ce qui restait du tirage.
 

Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia