numéro
L.2116
intitulé de la collection
Vischer, Peter
technique marque écrite, encre
couleur
localisation
dimension
1 renvoi  
  • 1921
  • 1956
P. VISCHER (1751-1823), négociant et conseiller municipal, Bâle. Dessins et estampes.
 
Peter Vischer, généralement appelé Peter Vischer-Sarasin à cause de son mariage avec une Sarasin, était, vers 1800, le plus sérieux connaisseur et le plus actif collectionneur de Bâle. Habitant depuis 1802 le bel hôtel « La Maison Bleue », qui lui venait de son beau-père, il l'orna des nombreux tableaux qu'il avait collectionnés depuis plus de vingt ans. Il en augmenta encore le nombre pendant quelques années, toujours purifiant sa galerie par des ventes et des échanges nombreux. L'époque de la Révolution lui avait particulièrement facilité les achats. Des objets d'art et des livres, une collection intéressante d'estampes et de dessins, complétaient son cabinet artistique. Il fit lui-même de la peinture en amateur. Daniel Burckhardt lui a consacré une étude dans ses Baslerische Kunstsammler des XVIIIen Jahrhunderts pp. 63 et 89-116 (avec portrait).
Son fils, Peter Vischer-Passavant (1779-1851) consacra les loisirs qui lui laissaient ses affaires, au dessin, à l'eau-forte et à l'augmentation de la collection héritée de son père. Il avait étudié le dessin sous Birmann et parvint à une grande perfection ; on connaît de lui des eaux-fortes, tant originales que d'après des œuvres de maîtres. C'était un fin connaisseur dont les préférences allaient aux écoles allemande et hollandaise ; il prit une part des plus actives à la controverse sur les gravures en bois de Holbein. Publia diverses études. Il passa ses dernières années dans sa propriété de Wildenstein, que son père avait acquise en 1792. Laissa à la Bibliothèque de Bâle plusieurs dessins, en particulier des œuvres capitales de Dürer.
 
VENTE : 1852, 19 avril-4 mai, Paris (expert Ch. Le Blanc). Dessins, estampes, livres d'heures. Riche collection. L'intéressant catalogue, qui donne des fac-similé de marques et monogrammes de graveurs, comprend une 1re partie pour les livres d'heures (nos 1-4), et les dessins de diverses écoles (5-117), et une 2e partie pour les estampes (nos 1-1824). Beaux dessins de Albertinelli, Holbein (quatre, mains et une tête 301 fr.), Saftleven, van der Heyden, etc. - Dans les gravures, remarquables de conservation : belles pièces de Dürer, un œuvre des plus complets des gravures sur bois de Holbein, 272 pièces originales, 405 fr., pièces rares du Maître E. S., du Maître à l'Ecrevisse, Schongauer (La passion complète 500 fr., St. Antoine 540 fr.), Zasinger.
 
P. VISCHER, Bâle.

Pour plus de détails sur Peter Vischer-Sarasin voir Otto Fischer dans Festschrift zur Eröffnung des Kunstmuseums, Bâle 1936, p. 61. Sa riche collection de dessins comprenait des feuilles authentiques de Dürer et de Holbein. On voit son portrait dans un dessin de Hieronymus Hess, reproduit dans l'étude citée. Le même dessinateur a fait le portrait de son fils Peter Vischer-Passavant, gravé par Burger et reproduit dans la même publication p. 77. Celui-ci (Vischer-Passavant) était en relation avec Rumohr et Waagen. Voir sur lui l'article cité ci-dessus pp. 76 et 77. Il était fondateur et président de la « Basler Künstlergesellschaft » (1812-1839). Exécuta lui-même des eaux-fortes.
 

Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia