numéro
L.2229
intitulé de la collection
Marx, Roger
technique marque estampée, encre
couleur noir
localisation recto
dimension 3.5 x 7 mm (h x l)
1 renvoi  
  • 1921
  • 1956
  • depuis 2010
Roger MARX (1859-1913), critique, Directeur des Beaux-Arts, Paris. Estampes et dessins, principalement modernes.
 
Roger Marx, natif de Nancy, a été l'un des meilleurs critiques de son temps. Il débuta en 1877 par des conférences et des articles philosophiques. Ses critiques d'art, à partir de 1883, année où il fut attaché par le ministre à l'administration des Beaux-Arts, le classèrent vite parmi les écrivains d'avant-garde les plus décidés à combattre les conventions et à favoriser l'originalité et l'individualité. « Au milieu de la confusion des œuvres et des écoles, il a aimé en artiste, il s'est efforcé de juger en historien et en philosophe : son ambition fut de préparer l'avenir en reliant le présent au passé » (Paul Jamot dans la Gazette des Beaux-Arts, 1914, p. 1). Elevé à l'école des Goncourt et de Castagnary, auquel il succéda en 1888 comme Directeur des Beaux-Arts, il secondait de tout son pouvoir les artistes novateurs encore incompris ; de même il aidait à la remise en honneur de la gravure de peintre. Marx vouait à l'estampe originale une prédilection particulière. Cette prédilection, il la tenait sans doute d'un de ses maîtres préférés, Phil. Burty, qui définissait l'estampe « un dessin à plusieurs exemplaires ». La publication précieuse l'Estampe originale qu'il dirigea avec André Marty, ainsi que la revue l'Image, dont il était directeur, témoignent de cet amour. Il y en a peu qui surent goûter aussi profondément que lui le plaisir de la « belle épreuve ». Il disait lui-même : « Emanation spontanée, immédiate du génie de l'artiste, l'estampe requiert d'être accueillie, goûtée un peu à la manière d'une confidence, dans l'intimité du calme avec la dévotion du silence ». Marx fut nommé Inspecteur général des musées de province en 1889. A l'Exposition universelle de la même année il organisa la section centennale de l'art français, mais le fit encore mieux à l'Exposition de 1900. Il a résumé l'enseignement de cette dernière centennale dans un important ouvrage. Grand promoteur des arts appliqués ; la médaille moderne, sur laquelle il publia des ouvrages en 1897, 1898 et 1911, lui était très chère. En 1894 attaché à la Gazette des Beaux-Arts, il en devint le rédacteur en chef en 1902. Ses excellents articles, la plupart sur des graveurs modernes sont très nombreux ; on loue spécialement l'article Salon de 1895. (bibliographie compl. dans la Chron. d. Arts et d. l. Cur. 1913 p. 297). Autres ouvrages importants : Etudes d'art lorrain (1882), Monographie sur Henri Regnault (1886), Etudes sur l'école française (1903), Rodin céramiste (1907), Les maîtres du dessin (1899-1902), et quantité d'articles dans des périodiques, surtout l'Art social. - Voirencore La Plume XV p. 642-650 et Kunstchronik, 1914, p. 213 par A. Dreyfus.
 
VENTES :
I. 1914, 26 avril [corr. suppl. 1921 : 27 avril]-2 mai. Paris (expert Loys Delteil). Estampes modernes. Préface par Delteil. Collection des plus riches, où l'école moderne française était représentés toute entière, généralement par des états rares, des épreuves excellentes, souvent de remarque, signées et annotées par les artistes, etc. Jusque-là les estampes de Degas avaient été extrêmement rares dans les ventes ; il y en avait 20 chez Marx dont les meilleures firent : Son portrait par lui-même, avant div. retouches 2550 fr., Danseuse de dos 1100 fr., Musée des Antiques au Louvre 2800 fr., Chanteuse de café-concert 3500 fr., id. 3 scènes sur une pl. 4600 fr., 4 têtes de femme, litho. 3000 fr., Femme nue à la porte 4400 fr. De Toulouse-Lautrec il n'y avait pas moins de 180 nos, dont La grande Loge 2300 fr., Elsa 1000 fr., Blanche et noire 1620 fr. et Lender debout 920 fr. Série extraordinaire aussi de Rodin : Les amours conduisant le monde, 1r ét. 2200 fr., La ronde, 1r ét. 2000 fr., Victor Hugo de trois quarts, 3e ét. 3000 fr., Henri Becque, 1r ét. 3600 fr., Ant. Proust, av. div. ret. 2600 fr. et 1r ét. 1900 fr. Notons encore : Besnard (Dans les cendres, 2e ét. 700 fr.), Carrière (Ed. de Goncourt 700 fr., Verlaine 1144 fr.), M. Cassatt, Chahine (Le Chemineau 555 fr.), Chéret, Corot (le Dôme florentin, 1r ét. 410 fr.), Daumier (Le Temps éprouvant ... 610 fr.), Fantin-Latour (Les brodeuses, 1re pl. 1205 fr., Bouquet de roses 1700 fr.), Forain (Au théâtre 810 fr.), Gaillard (Sœur Rosalie 777 fr.), Goya (La Tauromachie, 1r tirage 2550 fr.), Legrand (Beau Soir 1100 fr.), grande série de Lepère (la plupart entre 300 et 500 fr., puis Le Matin 1150 fr. et Retour du bois 920 fr.), Manet (Les courses, litho. 1r ét. 1100 fr. et Espada 750 fr.), Redon, Steinlen, Whistler ( « Nash's Fruit Shop » 820 fr., « Little nude model » 1200 fr. et « Nude model reclining » 1000 fr.). - Produit 262.031 fr.
Les tableaux, dessins, pastels, sculptures, Objets d'art, médailles et plaquettes, etc., firent l'objet des 4 ventes suivantes : 11-13 mai (719.170 fr.), 13 mai (61.990 fr.), 12-13 juin (77.268 fr.) et 22-23 juin (17.000 fr.). Total général 1.130.018 fr. Les livres, beaucoup de contemporains en éditions originales, furent vendus les 17-22 mars 1921.
 
 

Roger MARX .
 
Lire, dans la date de la vente I : 27 avril, au lieu de 26 avril
 
 
R. MARX , Paris.
 
La date de la première vente est 27 avril et non 26.
 
VENTE :
II. 1922, 16 novembre, Paris (expert Leclerc). 163 nos de livres illustrés par M. Denis, Forain, Legrand, Lepère, Lunois, L. Pissarro, Rassenfosse, Toulouse-Lautrec, D. Vierge et autres.
 
 

ROGER MARX (Nancy 1859-Paris 1913), critique, directeur des Beaux-Arts, Paris. Estampes et dessins, principalement modernes.

En 2006, une exposition à l'Institut national d'histoire de l'art de Paris (INHA) a présenté une partie du fonds d'archives de Roger Marx et de Claude Roger-Marx (L.3548). En effet depuis les années 1920 (dons Claude Roger-Marx, 1923 et 1925), puis grâce au don des héritiers Marx en 2005, l'INHA conserve les archives de ces deux grandes figures de l'histoire de l'art. Toujours en 2006, la Ville de Nancy a rendu hommage à Roger Marx à travers deux expositions, dont le commissariat scientifique a été assuré par Catherine Méneux, l'une au Musée des Beaux-Arts et l'autre au Musée de l'École de Nancy. En accompagnement de ces trois expositions, un colloque a permis d'engager une réflexion sur certains aspects de la critique et de l'histoire de l'art entre 1880 et 1914, en prenant appui sur l'œuvre de Roger Marx.

SOURCE
C. Méneux, Roger Marx (1859-1913), critique d’art, thèse de doctorat, Univeristé Paris IV-Sorbonne, 2007

BIBLIOGRAPHIE
M.I.D. Einstein et M.A. Goldstein, Collectors’ Marks, Saint Louis 1918 (éd. augmentée de L. Fagan, Collectors' Marks, Londres 1883), no N-147 (deux dimensions).
Fonds Roger Marx (1859-1913). Inventaire par N. Villeroy-Blondeau, Georges Fréchet et Hélène Séveyrat, supplément à l'inventaire par Catherine Méneux, Paris, INHA, 1999-2005.
Nancy 2006 : Roger Marx. Un critique aux côtés de Gallé, Monet, Rodin, Gauguin, cat. sous la dir. de C. Méneux, Nancy, Musée des Beaux-Arts et Musée de l'école de Nancy, 2006.
Paris 2006 : Critiques d'art et collectionneurs. Roger Marx et Claude Roger-Marx, 1859-1977, Paris, INHA, 2006.
C. Méneux (dir.), Regards de critiques d'art. Autour de Roger Marx (1859-1913), Rennes 2008.
P. Juhel, Les ventes publiques d’estampes à Paris sous la Troisième République. Répertoire des catalogues (1870-1914), Paris 2016, no 1943.


Date de mise en ligne : mars 2010 ; dernière mise à jour : juillet 2018.


Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia